medias

Un Kindlestore pour iPad, au mépris des règles d'Apple

- 11.01.2012

Lecture numérique - Usages - Apple - Amazon - web application


Mais qu'est-ce que le marchand de Seattle vient de nouveau d'inventer ? Un Kindle Store pour iPad, qui est passablement optimisé, disponible en ligne... mais ne manque pas de poser d'autres problèmes.

 

Depuis quelques heures, Amazon a donc officialisé une boutique spécialement conçue pour l'iPad, là où l'application originelle, pour iOS, contenait des liens vers son site marchand. En juillet 2011, Amazon avait retiré ce lien, pour se conformer à la nouvelle politique en vigueur d'Apple, mais cette nouvelle version, bien plus ergonomique, selon les observateurs, entre tout de même en violation avec les règles de la firme de Cupertino.

 

Pour découvrir la boutique, c'est à cette adresse. Pour comprendre les enjeux et problématiques, ça arrive. 

 

De quoi s'agit-il donc ? Le nouveau magasin en ligne est donc optimisé pour l'interface de l'iPad, et cette devanture est particulièrement Safari-friendly. Les utilisateurs ne passeront donc plus par une application, pour acheter leurs ouvrages, mais directement par la page conçue à cet effet. Un moyen comme un autre, pour Amazon, de continuer à vendre des livres numériques depuis la tablette d'Apple, sans avoir à verser les 30 % de commissions imposés par la société.

 

 

Sauf qu'une fois achetés, les livres s'intègrent directement et automatiquement dans l'application iOS Kindle, et peuvent être lus par ce biais, ou via Kindle Cloud Reader. Cette web application basée sur un codage en HTML 5 permet de profiter plus confortablement de sa tablette.

 

En outre, le cloud se synchronise directement avec les différents appareils Amazon - bien qu'il n'existe pour le moment qu'en versions Safari et Chrome. Pour Firefox, on verra plus tard. 

 

Alors qu'Apple s'apprête à faire une grande annonce à la fin du mois, ce type d'initiative ne va pas aider aux relations entre les deux firmes. 

 

Ce qui ne va pas plaire du tout à Apple, c'est que la firme impose, pour arriver à faire du business depuis son appareil, et donc de profiter du système d'applications, que tout se passe à l'intérieur de l'appli. Tout cela n'est finalement qu'une manipulation et un détournement des règles de bonne conduite avec l'iPad... 

 

Évidemment, on est loin d'une application native qui permettrait d'avoir une utilisation plus aisée et une ergonomie accrue, puisqu'en l'occurrence, la page n'est qu'une reproduction des colonnes habituelles d'Amazon... 

 

Mais l'objectif était bien de coincer la politique d'Apple, non ?