Un libraire réclame de réduire de moitié le prix des ebooks

Clément Solym - 06.04.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - prix des ebooks - Tim Coates - vente


Fondateur du magasin Bilbary, ancien de Waterstone's, Tim Coates vient de faire tomber la foudre. Bilbary est un service multiple, tout à la fois bibliothèque et librairie destiné aux livres numériques exclusivement. Lancé fin mars en bêta test, elle a pour vocation une certaine universalité. 

 

Rappelons que Bilbary offrira 700.000 ebooks dans ses étals, à l'occasion de son lancement officiel en mai prochain, pour la Grande-Bretagne. Les clients seront en mesure de disposer d'un stockage en cloud pour les livres achetés et de les télécharger par la suite pour les lire sur tout type d'appareil. L'idée sera de proposer des ouvrages dans différentes langues.

 

Soit. Mais Tim risque de se mettre à dos pas mal de partenaires avec une déclaration incendiaire. « Un ebook devrait coûter la moitié du prix pour les clients. Tous les coûts de distribution -) entrepôt, camions et ainsi de suite - ne valent rien. » Comprendre : les coûts liés à des livres papier. En France, on considère selon les boutiques que cette absence de distribution physique permet de vendre 30 % moins cher les livres numériques. 

 

 

 

Mais pour autant, les analystes s'insurgent : Benoît Evans, du cabinet Enders, explique que cette déclaration fait fausse route. « C'est un peu plus compliqué que cela. » En effet, certains coûts incompressibles existent dans l'édition, et réduire de moitié le prix de vente ne changerait pas la donne. 

 

D'autant plus qu'actuellement, les complications juridiques autour de l'entente entre Apple et les grands éditeurs internationaux rendent le sujet particulièrement sensible. Et tout ça, parce qu'il fallait arriver à lutter contre la domination absolue qu'Amazon avait réussi à instaurer.

 

« Amazon a été particulièrement habile. Tout ce qu'ils ont fait a été brillant. Nous avons dû être très attentifs, pour nous assurer que nous serions différents », explique Tim Coates. Ainsi, l'idée de la location de livres numériques devrait assurer une distinction nette entre Amazon et Bilbary, au moins pour le grand public.

 

Cependant, la plupart des grands éditeurs ne souhaitent pas encore prendre part à ce système de location. « Dans un an ou deux », précise Coates, la situation changera probablement. Entre temps, Bilbary ne se privera pas de partenariats avec les bibliothèques, permettant même aux usagers d'acheter des livres, et les revenus iront directement aux établissements.

 

Un système qui devrait fonctionner avec les États-Unis, mais qui est plus compliqué à mettre en place en Grande-Bretagne. « Ce n'est pas le financement qui est aujourd'hui problématique dans le système des bibliothèques publiques britanniques. C'est qu'elles sont complètement mal gérées. » (via Telegraph




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.