medias

Un projet de loi sur la neutralité du Web appuyé par les bibliothèques

Julien Helmlinger - 19.06.2014

Lecture numérique - Usages - Neutralité du web - American Library Association - Projet de loi


Ce 17 juin, les sénateurs américains Doris Matsui et Patrick Leahy ont déposé leur projet de loi visant à contrer la récente décision de la Federal Communication Commission. Tandis que cette dernière est susceptible d'ouvrir la voie à un internet à deux vitesses, en permettant aux FAI de faire payer les sites web qui voudraient bénéficier d'une vitesse de connexion supérieure, l'opposition, au Congrès, souhaite préserver la neutralité. L'American Library Association appuie avec enthousiasme cette prise de position.

 

 

CC by 2.0 par  Sinistra Ecologia Libertà

 

 

Ce dernier projet législatif, suggéré par deux sénateurs du parti démocrate, a été baptisé « Online Competition and Consumer Choice Act of 2014 ». Son objectif consiste à s'assurer que tous les contenus en ligne puissent se déplacer à la même vitesse entre les FAI et les internautes.

 

Par extension, il doit empêcher les entreprises d'être en mesure de payer pour obtenir un avantage en la matière. Patrick Leahy affirme : « Les Américains prennent la parole haut et fort. Ils veulent un Internet qui soit une plateforme d'expression et d'innovation libres, où les meilleures idées et services peuvent atteindre les consommateurs en fonction de leur mérite plutôt que sur la base d'une relation financière avec un fournisseur de services à large bande. »

 

Alors que plus tôt au cours de ce printemps la Federal Communications Commission avait estimé que l'on ne pouvait exiger des FAI qu'ils traitent tous les sites équitablement, voilà qui pourrait renverser la situation. Du côté de l'American Library Association, la nouvelle est accueillie avec optimisme.

 

Sur le site web de l'association de bibliothécaires, la présidente Barbara Stripling rappelle qu'un internet ouvert est « essentiel pour garantir la liberté d'expression, la réussite scolaire et la croissance économique ». Estimant que les bibliothécaires dans le public, à l'école, et au sien des bibliothèques universitaires se consacrent à la défense de la libre circulation de l'information sur l'Internet public, l'ALA en appelle ses membres à se ranger derrière la proposition des deux démocrates.

 

L'interprofession devrait se mobiliser dans les prochains temps pour multiplier les opérations de promotion de la neutralité du web, à travers le pays. À noter que l'American Library Association dispose de sa propre page dédiée à cette question de la neutralité de l'internet sur son site. Il est donc plus que probable que le débat se poursuivra à l'occasion de la conférence annuelle qui se tiendra à Las Vegas à la fin du mois.