Un Spotify du livre aux Pays-Bas : Tom Kabinet tente la voie du streaming

Nicolas Gary - 26.01.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Tom Kabinet - streaming ebook - Pays Bas


Le service néerlandais Tom Kabinet, connu pour son service de revente d'ebooks d'occasion, s'apprête à frapper un peu plus fort. Le fondateur, Marc Jellema, a annoncé qu'il se lancerait volontiers dans un service d'abonnement, pour l'année 2015. Rendez-vous, manifestement, au troisième trimestre, avec une offre de 5 € mensuels.

 

IMGP0738

Est-ce que votre abonnement est renouvelé ? Naberacka, CC BY SA 2.0 

 

 

Tom Kabinet a remporté une petite victoire, la semaine passée : la Cour de justice d'Amsterdam a presque tranché en faveur de la société. Considérant que la revente d'un livre numérique d'occasion n'est pas illégale, si l'ouvrage n'a pas été piraté, la Cour attend une solution technique qui garantirait la licéité des livres revendus, avant de donner une autorisation de poursuivre la commercialisation.

 

Se rabattre vers une offre illimitée constituerait une solution nouvelle, d'autant plus que Jellema a obtenu 300.000 € d'investissement supplémentaire au capital, pour mettre à bien ce projet. Et histoire de voir les choses en grand, avec ce nouveau Spotify du livre, les perspectives déployées sont alléchantes : 20.000 abonnés pour la fin de l'année 2016, et une ouverture à six autres pays. (via Sprout)

 

Reste qu'Amazon a déjà déployé son offre Kindle Unlimited dans le pays. L'an passé, les professionnels du pays se plaignaient d'un manque d'offre. Une opération de promotion du téléchargement légal et de l'achat d'ebooks était mise en place. Tim Kiuk, président de la fondation BREIN, chargée de défendre les droits des éditeurs, estimait alors que le modèle streaming était une option non négligeable pour développer le marché. 

 

Cependant, la difficulté pour Tom Kabinet reste que les éditeurs néerlandais ont en travers de la gorge son fonctionnement premier. Et avant même de penser à la viabilité du modèle économique de l'abonnement, tout porte à croire que les éditeurs tiendront rancune à Tom d'avoir mis à mal son secteur. 

 

Se racheter une virginité avec l'abonnement illimité représente une porte de sortie, évidemment, surtout avec le procès qui se poursuit. 

 

En France, la médiatrice du livre, Laurence Engel, a débuté les auditions autour de la licéité du modèle d'abonnement. Selon nos informations, une communication interviendrait dans le courant du mois de février, pour déclarer le système illégal en regard de la loi sur le prix unique du livre numérique. 

 

Alors que les organisations d'auteurs et de libraires (SGDL et SLF) se sont prononcées contre ce modèle, affirmant qu'il était illégal, seul le CNL a soutenu cette thèse. Le Syndicat national de l'édition reste pour l'heure étrangement muet – alors même que, selon nos informations, les membres du Bureau avaient demandé qu'une position claire soit prise. C'était au mois de décembre.

 

Le patron du groupe Hachette Lilvre, Arnaud Nourry, s'est déjà largement exprimé sur la question, considérant qu'il ne signerait jamais avec un pareil service. Le groupe Editis, par la voix de son PDG, Alain Kouck, a également montré de fortes réticences sur le principe. Pour l'heure, seul Vincent Montagne, PDG de Média Participations, avait engagé quelques titres de son fonds dans les plateformes françaises. Nul doute qu'au bureau du SNE, les discussions sur le sujet ont dû être animées.