Une année sans DRM : Tor ne voit pas d'augmentation du piratage

Nicolas Gary - 30.04.2013

Lecture numérique - Usages - abandon des DRM - livres numériques - Tor


Depuis avril 2012, l'éditeur de fantasy et SF Tor/forge, a décidé d'abandonner complètement les DRM, comme l'expliquait son président et éditeur Tom Doherty. Une demande qui émanait des lecteurs, et que la maison a décidé d'accepter, pour montrer patte blanche et faire preuve de bonne volonté. 

 

 

 

 

 

La déclaration était ferme : « Nos auteurs et les lecteurs demandent cela depuis un long moment. Ils représentent un groupe techniquement informé et les DRM sont un problème constant pour eux. Ils les empêchent d'utiliser légitimement les livres numériques achetés dans un cadre parfaitement légal, comme les déplacer d'un lecteur ebook à un autre. »

 

S'il était encore possible de trouver sur quelques sites des fichiers où le DRM était présent et d'autres qui présentaient des fichiers débarrassés de verrous, Tor vient de faire un point d'étape, après une année sans Digital Rights Management. 

 

Il faut revenir une fois de plus sur ces éléments technologiques : les DRM sont des outils qui permettent d'empêcher la copie non autorisée, mais également la capacité que les utilisateurs ont à prêter leurs ouvrages. Le livre numérique ne peut pas être déplacé d'un dispositif à un autre, et le consommateur se retrouve à devoir râler, ou faire sauter les verrous.

 

« Nous croyons que supprimer les DRM des ebooks de TOR est le mieux pour nos lecteurs, permettant d'utiliser des ouvrages légitimement acquis, par des moyens parfaitement légaux, comme le transfert depuis votre bibliothèque vers un autre lecteur ebook », soulignait l'éditeur. 

 

Dans son point d'étape, Julie Crisp, éditrice chez Tor, raconte DRM-Free - A Year On. La décision de supprimer les DRM, prise en accord avec la maison-mère Macmillan, s'est faite suite à une réelle prise de conscience avec les lecteurs. « Nous savons que nos lecteurs sont des early adopters dans le domaine de la technologie, les premiers à expérimenter les nouveaux formats, les nouvelles expériences de lectures et les nouveaux appareils », analyse-t-elle. Et à ce titre, la suppression des DRM était une demande très forte.

 

Les discussions avec les auteurs s'en sont suivi, avec pour première angoisse le fait que la protection du droit d'auteur et la territorialité sautent, en l'absence de verrous. Une question qui sera toujours à l'ordre du jour, et soumise à des contrôles particulièrement importants. Avec une nuance, « nous croyons que la majorité des lecteurs sont opposés au piratage, autant que les éditeurs eux-mêmes, comprenant que le piratage impacte la capacité d'un auteur à tirer profit de son travail créatif ». 

 

Et sur ce point, l'abandon des DRM est un franc succès : « Nous y sommes, et nous n'avons constaté aucune augmentation perceptible du piratage pour aucun de nos titres avec DRM, bien qu'ils soient sans DRM depuis maintenant une année. » Et ce, même pour des auteurs comme China Miéville ou Peter F. Hamilton, qui sont de véritables best-sellers. 

 

Une année encourageante, et des résultats particulièrement probants pour l'éditeur britannique. Charles Stross, auteur de la série Merchant Princes, avait salué la décision : « Les DRM ne court-circuitent pas les pirates, mais soumet à une pression les clients honnêtes, qui sont étroitement contrôlés par les propriétaires du logiciel qui fixe les DRM sur l'ebook. »  

 

Si les lecteurs suivent la marche, que le piratage n'augmente pas, pourquoi conserver ces verrous ?




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.