Une bibliothécaire réalise un escape game numérique avec Google Forms

Cécile Mazin - 23.07.2020

Lecture numérique - Usages - escape game bibliothèque - Google forms bibliothécaire - escape game jeux


Google, dans ses ramifications, a quelque chose de fascinant pour les métiers de l’archivage, de la conservation et de l’information. En tant qu’outil, tout bibliothécaire ne peut qu’apprécier les solutions apportées. Et la quantité de données brassées. Avec quelque chose de particulièrement inspirant, comme l’a démontré Sydney Krawiec.


 

La bibliothèque publique Peters Township (Pennsylvanie) avait prévu de présenter un escape game autour des super-héros — cependant le coronavirus a fait fermer les portes de l’établissement. Mais, la bibliothécaire Sydney Krawiec ne s’est pas laissée démonter, explique The Verge

Elle s’est appuyée sur Google Forms pour réaliser un escape game numérique, autour d’Harry Potter. Comme son nom l’indique, Forms permet de produire des formulaires, à la volée (questionnaire, enquête, etc.), et une collecte de données simplifiée. 

Sydney a réalisé des séries d’énigmes et de défis à relever, basés sur les histoires qu’Harry et ses amis ont pu vivre. Et avec un tel succès que d’autres se sont lancés à sa suite pour produire leur propre escape game, à travers Google Forms. 

C’est ainsi qu’en plein confinement ont fleuri des jeux, un peu partout, pour proposer aux jeunes de s’évader en toute intelligence. Résoudre brillamment une série de problèmes — allant des équations mathématiques aux puzzles numériques — dégage au moins de dopamine qu’une course achevée dans un jeu vidéo. Tel était le pari. 

Le tout avec la satisfaction d’avancer dans l’intrigue, donc de pouvoir maîtriser le rythme de lecture de l’histoire. 
 

Plaire, émouvoir, enseigner...


D’autant que la popularité des escape games n’est plus à démontrer : le format numérique rend simplement service, tout en amplifiant les possibilités du principe. Krawiec le savait, surtout qu’elle s’en était servi, toujours avec Forms, pour enseigner les mathématiques et l’algèbre en collège. 

Cette approche ludique, dont on sait les résultats quand il s’agit de pédagogie, permettait de développer des compétences peut-être plus complexes à acquérir. Et plus l’escape game devient immersif, en faisant des références par exemple à la pop culture, plus il permet aux jeunes utilisateurs de s’y frotter avec plaisir. 

Les formulaires de Google servent alors de point de départ, pour des étudiants, qui sont stimulés et entraînés par des procédés nouveaux. Comme les contraintes existent par ailleurs, la vigilance et la rigueur sont de mise : quitter le formulaire avant de l’avoir achevé impliquera de tout recommencer. De même, des espaces mal placés entre les mots fausseront la réponse. 

Brooke Windsor, bibliothécaire à la Richmond Hill Public Library (Ontario) insiste : les escape games ont permis à des confrères de pouvoir impliquer et engager un plus grand nombre d’utilisateurs. Ajoutons que la pandémie a provoqué des coupes de budgets significatives et qu’une entreprise d’escape games — qui peut réaliser 1,250 million $ de chiffre d’affaires annuel — souffrira assurément de pertes pour 2020, alors point une solution.

Un commerce nouveau existe d’ores et déjà, comme celui de Dave Murphy, producteur radio qui a lancé ses solutions, facturées 8,99 £. 


illustration Grayson Blackmon / The Verge


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.