Une DRM ouverte basée sur LCP en passe de devenir un standard

Antoine Oury - 12.09.2018

Lecture numérique - Acteurs numériques - DRM LCP - DRM livre numérique - DRM standard


Dans le monde du livre numérique, la DRM est une question récurrente, qui fait le plus souvent s'arracher les cheveux aux lecteurs et aux développeurs de technologies. Pour améliorer la situation, la création d'une DRM ouverte, interopérable et accessible occupe les esprits depuis quelques années. Bonne nouvelle, les efforts pourraient porter leurs fruits : une DRM basée sur LCP, la technologie de Readium, est en passe de devenir un standard international.


Kobo Aura One
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 


Pour protéger les livres numériques du piratage, la plupart des éditeurs ont choisi la DRM : ce verrou numérique empêche de copier le fichier, d'en imprimer plus d'un certain nombre de pages ou encore garanti que le livre ne pourra plus être lu une fois la date de prêt par une bibliothèque dépassée. Sauf qu'il existe un certain nombre de DRM, toutes différentes, et que les questions de compatibilité relèvent parfois du casse-tête.

 

Depuis quelques années, l'industrie du livre, au niveau international, s'est donc lancé, avec les acteurs technologiques, dans la conception d'une DRM ouverte, interopérable (comprendre, qui ne pose pas de problème de compatibilité) et accessible (qui n'empêche pas la lecture du livre par des personnes empêchées). L'EDRLab, organisme international qui supervise la recherche autour de l'EPUB, a proposé une technologie adéquate, Readium LCP.

 

Plusieurs sociétés ont décidé de développer leur propre DRM à partir de Readium LCP : la société lyonnaise TEA et le géant Sony ont déjà présenté leur solution. Mais une société sud-coréenne, DRM Inside, a pris de l'avance et a présenté sa propre DRM basée sur LCP à l'organisme chargé de définir les standards internationaux. L'Organisation internationale de normalisation (ISO) et la Commission électrotechnique internationale (IEC) ont créé un groupe de travail qui étudiera leur DRM spécialisée pour le format EPUB.

 

Une DRM standard, une première 

 

Le document technique fournit par DRM Inside a été validé par le groupe de travail de l'ISO et de l'IEC, et « la DRM a désormais toutes les chances de devenir un standard », se réjouit Laurent Le Meur, directeur de l'EDRLab. « C'est la première fois qu'une DRM deviendrait un standard, tout simplement, car les DRM ont toujours été des technologies propriétaires. »

 

La DRM de DRM Inside, à l'inverse, serait non propriétaire, accessible et basée sur les mêmes technologies que LCP. La société coréenne, qui soutient depuis de nombreuses années l'initiative Readium et la recherche sur LCP, a bénéficié des soutiens du gouvernement coréen et de l'industrie japonaise. « Ils veulent être capables de protéger des documents quand c'est nécessaire, y compris pour le prêt en bibliothèque », précise Laurent Le Meur.

 

FCKDRM : “Faire confiance à quelqu’un
qui ne vous fait pas confiance ?”


George Kerscher, représentant des États-Unis au sein du groupe de travail et membre du consortium DAISY, qui travaille à l'accessibilité des textes, a souligné que le standard devrait « standardiser LCP tel qu'il est », précise l'EDRLab.

 

Le travail peut désormais commencer : les trois prochaines années seront employées à définir le standard international, en mettant tout le monde d'accord. EDRLab a d'ores et déjà annoncé qu'il mettrait tout en œuvre pour assister DRM Inside dans cette démarche.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.