Shéhérazade, la machine auteure aux mille et une histoires interactives

Julie Torterolo - 09.09.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Shéhérazade - ’Institut de technologie de Géorgie - narration interactive


Abandonner les auteurs pour des machines. Un défi réalisé par des chercheurs de l’Institut de technologie de Géorgie qui ont créé un auteur 2.0 dénommé Shéhérazade IF – pour Interactive Fiction. Une référence palpable au conte Les Mille et Une Nuit, puisque la machine en question permet de rédiger des récits, avec presque « mille et une » alternatives. En réalité, Shéhérazade fait évoluer l’histoire en fonction des actions choisies par les lecteurs. Bienvenue dans le monde de la narration interactive.

 

GOOGLE MAN (Alpha Man) 2013

CHRISTOPHER DOMBRES, CC BY 2.0

 

 

Les fans de jeux vidéo ne diront pas le contraire : dans le jeu Hitman pour exemple, à chaque mission donnée, plusieurs stratégies peuvent intervenir. Le jeu évolue selon les actions du joueur. Des chercheurs de l’institut de technologie ont alors souhaité reproduire ce système, mais cette fois-ci pour les romans : la narration interactive. Inventée par ses scientifiques, Shéhérazade IF permet aux utilisateurs d’influencer le scénario en fonction de leurs choix.

 

Le lecteur devient maître du récit. « La narration interactive est une forme d'expérience numérique interactive dans laquelle les utilisateurs créent ou influencent un scénario à travers leurs actions, soit en assumant le rôle d'un personnage dans un monde virtuel de fiction, soit en dictant des commandes à des personnages contrôlés par l'ordinateur, ou en manipulant directement le monde fictif », explique le document de l’institut de technologie de Georgia, signé des deux chercheurs à l’origine de Shéhérazade, Boyang Li et Mark O. Riedl.

 

Mais voilà, la création de jeux vidéo « nécessite énormément d’entrées de la part du créateur », de ce fait engendre une réelle « dépendance pour le contenu de l’homme en tant qu’auteur ». La conséquence est assez logique pour les scientifiques : le développement de nouvelles expériences est lent et limité. Pour faire simple : l’Homme est plus lent que la machine.

 

Shéhérazade, une auteure 2.0

 

Partant de ce constat, l’auteur ne devait plus être fait de chair et d’os : le recours à l'Intelligence artificielle s'imposait. Grâce à cette technologie, Shéhérazade compile automatiquement un corpus de scénario à partir d'éléments issus d'un crowdsourcing. Autrement dit, des trames proposées pour l'occasion, par lesquelles la machine génère ensuite des histoires par échantillonnage. Le système repose entièrement sur des scénarios simples, fournis par les internautes : l'IA ne fait que produire des bifurcations, par centaines à partir d'une action donnée.

 

« Le système recueille des expériences humaines et retient un modèle global à propos du sujet », expliquent les chercheurs. Pour illustrer le tout, les scientifiques ont pris l’exemple d'un vol de banque. Si le système ne dispose pas de ce type d’action déjà enregistré, il va utiliser le crowdsourcing qui lui permettra d’acquérir rapidement « un certain nombre d'exemples de récits linéaires sur les moyens typiques dans lequel le sujet peut se produire ». La machine va retenir toutes les issues possibles et actions associées au vol de banque et enregistre alors plusieurs issues rattachées au vol de banque.

 

Avec un schéma, tout paraît plus simple :

 

 

Shéhérazade - qui fait référence à la légendaire reine arabe du conte Les Milles et Une Nuits - permet bien en quelques minutes de générer mille et une résolutions. Et son créateur l’affirme : « Elle n'utilise aucune connaissance préprogrammée, elle apprend tout ce qu'elle doit savoir pour créer son histoire. Les récits produits par Shéhérazade sont difficiles à distinguer de ceux écrits par les humains ».