Une nouvelle DRM apparue chez Adobe ? Des ebooks impossibles à craquer

Nicolas Gary - 19.05.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - DRM Adobe protection - ebooks PDF craquer - Adobe ebooks lecture


Les mesures techniques de protection des ouvrages numériques sont au cœur de toutes les récriminations des utilisateurs. Un ebook verrouillé implique des contraintes pour les clients, qui finissent par délaisser ce format, déçus par le manque de flexibilité. Comme une araignée, Adobe règne pour l’instant en maître de cette toile que d’aucuns préféreraient balayer un bon coup. 

 

DRM

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

En février 2014, une nouvelle solution de DRM avait été proposée par la firme Adobe, pour les fichiers EPUB. Et déjà les perspectives n’étaient pas franchement réjouissantes. L’outil de verrouillage était également présenté comme inviolable – de même qu’il était par ailleurs incompatible avec les lecteurs ebook et autres applications de lecture. Mais avec le temps et les protestations, Adobe a été contraint de virer de bord : le projet fut abandonné, pour le bonheur de tous.

 

Sauf que l’on n’a pas abandonné pour autant l’idée de produire des DRM. Et bien entendu, si l’on ne peut pas forcer l’entrée, il reste envisageable de passer discrètement par la fenêtre.

 

C’est un utilisateur qui pointe le problème : il explique n’avoir pas réussi à supprimer le DRM d’un fichier PDF qu’il avait acheté. Un manuel d’algorithme génétique, en langue espagnole, sorte de Graal du geek, qui s’ouvre sans problème avec Adobe Digital Edition 4.5 sur Windows 10, précise-t-il. Mais impossible de faire sauter le verrou, et d’ouvrir le PDF avec Adobe DE 2.0.1.

 

Qu’en conclure ? D’abord que le verrou ne mettra pas longtemps à sauter, il suffit d’attendre quelques semaines, ou moins, que les logiciels idoines soient mis à jour. Si ce n’est pas encore le cas, c’est que la DRM découverte semble toute jeune. Simplement, on ne trouve pas d’autres traces pour l’heure – et le forum où l’on évoque cette DRM ne dévoile pas le nom du libraire numérique qui a vendu le livre. (via Digital Reader)

 

Pour le moment, pas plus d'informations, et comme Adobe n'a jamais pas trop apprécié de nous parler de ses DRM, nous nous efforçons de trouver plus d'explications ailleurs.

 

De quoi en revenir à la DRM Open Source de Readium

 

C’est aussi là tout l’enjeu de la production industrielle du DRM allégé, LCP, pour Lightweight Content Protection, que souhaite développer Readium, filiale de l'IDPF, consortium à l'origine du format EPUB. 

 

Pour utiliser la DRM LCP, les différents acteurs devront veiller à ce que les lecteurs ebook des usagers soient compatibles avec cette solution technique. Ce qui est déjà le cas pour certains appareils, équipés avec le Readium SDK, un moteur de lecture capable de gérer cette fameuse DRM LCP, et ses variantes selon les acteurs.

 

Le Readium SDK est open source et gratuit pour les intégrations au sein d’applications open source, payant dans le cas contraire, celui d’Adobe était lui aussi payant, et pas qu’un peu : il fallait débourser jusqu’à 50.000 $ pour utiliser leur lecteur, avec des frais supplémentaires en cas de marque blanche l’utilisant comme base.

 

Cependant, le travail même autour de cette mesure de protection ne manque pas de faire grincer des dents, dans sa relation à l’Open Source. Et dans le même temps, LPC se positionne comme un concurrent frontal : « Adobe devient fou en fait : ils ont envoyé un ultimatum aux implémenteurs du Kit SDK Reader Mobile en réclamant le paiement des frais de transaction Adobe sur des livres gratuits, dès lors qu’ils sont ouverts par une appli utilisant leur moteur. En gros, faire payer l’application de la DRM même lorsqu’elle n’est pas appliquée », nous précisait un membre de l’IDPF.