Une semaine chez Numerama : revue de presse volume 23

Clément Solym - 22.12.2012

Lecture numérique - Usages - Numerama - revue de presse - technologie et communication


La fin du monde n'aura pas eu raison de la revue de presse hebdomadaire proposée par Numerama : dans les règles et particulièrement remontée, elle vous propose cette semaine un détour par l'Élysée (pas très open, cependant),  les préparatifs de la 4G et une réhabilitation du protocole BitTorrent, totalement légal pour la plupart de ses usages.

 

Lundi :

 

Ce n'est pas sous la présidence de François Hollande que les contenus publiés sur le site de l'Élysée seront mis à disposition selon les termes d'une licence de libre diffusion. Les agences photo ont en effet remporté une bataille, en poussant la présidence de la République à conserver l'exclusivité des droits de reproduction. Une position très éloignée de celle de Maison-Blanche, beaucoup plus souple sur ce sujet.

 

Palais de l'Élysée Entrée - CC BY-SA TouN

 

 

Mardi :

 

Face à un Free Mobile très accrocheur, Bouygues Télécom veut se distinguer par la qualité de son réseau et se différencier par ses services. Le groupe mise ainsi sur la 4G, après avoir acquis les blocs de fréquences nécessaires. Mais Bouygues aimerait aussi recycler celles utilisées autrefois pour la 2G. Et pour convaincre, l'opérateur laisse entendre qu'autoriser le réemploi des fréquences sera bénéfique pour l'emploi...

 

Mercredi :

 

Le Parti pirate anglais ne proposera plus de contourner la censure de The Pirate Bay, dont le blocage par les FAI locaux a été validé par la justice britannique au terme d'une longue saga judiciaire. Certains membres du mouvement ont en effet été inquiétés par la BPI, une association de l'industrie du disque, qui n'a pas vraiment apprécié l'existence du proxy. Elle leur a donc adressé une mise en garde par voie d'avocat.

 

Jeudi :

 

Le protocole BitTorrent ne sert-il qu'à pirater des films et de la musique ? Longtemps vilipendé par l'industrie du divertissement, le P2P s'efforce de rappeler qu'il sert aussi à toutes sortes de choses parfaitement légales. La société fondée par le créateur du protocole, BitTorrent Inc, souhaite le redire. Elle a donc lancé une campagne baptisée "Est-ce que BitTorrent = Piratage ? Non".

 

Vendredi :

 

Acheter des médicaments sur Internet, un comportement dangereux ? Le gouvernement a pourtant donné son feu vert pour que les pharmaciens puissent vendre à distance des médicaments qui ne nécessitent pas d'ordonnance. Cependant, cette ouverture est très réglementée. Impossible, par exemple, d'autoriser les médecins à transmettre une copie d'ordonnance pour autoriser l'envoi de médicaments en nécessitant.