Une semaine chez Numerama : streaming, manifs et captures d'écrans (41)

Numerama - 21.04.2013

Lecture numérique - Usages


Une autre semaine se termine. Et pour bien la conclure, pourquoi ne pas profiter de la revue de presse croisée entre Numerama et ActuaLitté ? Pour cette nouvelle édition, il sera question de couverture mobile, de recherche de disparus, de musique en streaming, de manifestations et de la recevabilité des captures d'écran en justice

 

 

Lundi :

Si les boîtiers FemToCell peuvent contribuer à améliorer la couverture radio, ils ne peuvent toutefois pas remplacer l'installation de véritables antennes-relais. Tel est le message adressé en début de semaine aux opérateurs par le régulateur des télécoms, dans le cadre d'un rappel plus général concernant l'obligation de couverture de la population.

 

 

Mardi :

La mécanique est désormais bien rodée. Lorsque survient une catastrophe naturelle ou un évènement particulièrement grave, Google active un service de recherche de disparus. Après Fukushima au Japon, le moteur de recherche l'a déployé suite aux attentats à la bombe survenus pendant le marathon de Boston.

 

( manifestation contre le mariage pour tous à Strasbourg - CC BY-SA)

 

Mercredi :

Ça bouge du côté du marché de la musique en ligne. Alors que BeeZik a fermé ses portes, Spotify a lancé un lecteur web qui permet aux utilisateurs d'écouter de la musique dans un navigateur. De son côté, Deezer a présenté une application pour Windows 8. Pendant ce temps, Twitter Music s'ouvre progressivement aux internautes anglophones.

 

 

Jeudi :

La proposition a le mérite de l'originalité. Alors qu'organisateurs et policiers ne sont jamais d'accord sur le nombre de personnes ayant participé à une manifestation, un député UMP propose une méthode pour compter les manifestants selon le nombre de téléphones portables détectés sur zone. Il suffit ensuite de soustraire à ce nombre le nombre de téléphones habituellement recensés les autres jours.

 

Vendredi :

Vous pensiez que les captures d'écran suffisaient dans le cadre d'une procédure judiciaire ? Détrompez-vous : il faut fournir d'autres éléments pour "établir la réalité des faits", notamment lorsqu'il s'agit d'un site sur lequel des propos diffamatoires auraient été tenus. Le constat d'huissier reste une solution beaucoup plus sûre.

 

À dimanche prochain !