USA : trois éditeurs contrôlent le manuel scolaire numérique

Clément Solym - 15.11.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Apple - iPad - Pearson


Le marché éducatif de l'iPad en est encore à ses premières heures. Ici et là on voit des projets se mettre en place, mais rien n'a encore été fait à grande échelle. En Espagne, les projets ne concernent qu'une poignée d'élèves. Aux États-Unis, en revanche, les choses semblent mieux s'organiser pour le passage de l'enseignement au tout numérique. Cette évolution est menée notamment par trois éditeurs de livres scolaires : Pearson, McGraw-Hill et HMH.

 

 

iPad

 Sean MacEnteeCC BY 2.0

 

 

En janvier dernier, Apple a fait avancer les choses en lançant une offre de manuels scolaires dans son iBookstore en partenariat avec ces trois éditeurs qui se partagent à eux seuls 90 % des ventes de livres scolaires. Mais ce n'était bien sûr pas le meilleur moment pour faire une percée sur le marché.

 

Pour cette rentrée toutefois des écoles ont décidé de faire certains de leurs cours en utilisant ces fameux manuels électroniques : c'est le cas du lycée Saint Patrick à Chicago. Dans cette école on se félicite de cette innovation, même si ce sont les jeunes enseignants qui se montrent les plus enthousiastes. Les élèves quant à eux se réjouissent de l'interactivité proposée par ces nouveaux manuels.

 

Selon une responsable de chez HMH, ces livres augmentés correspondent à 2000 pages imprimées soit 700 de plus que les versions papier classiques. Du coup les concepteurs de ces ouvrages n'ont pas les contraintes et en profitent pour ajouter aux manuels classiques de nombreux schémas animés, photos, vidéos, etc.

 

Néanmoins, outre des problèmes évidents (l'élève qui remplit sa tablette de musique au point de ne plus pouvoir y mettre ses manuels), la question du coût se pose également. D'aucuns estiment que ce nouveau type d'enseignement risque de creuser l'écart entre les écoles qui peuvent payer ces innovations et celles qui devront patienter.

 

De plus, les relations entre McGraw-Hill et Apple ne seraient pas au beau fixe. Récemment l'un des responsables de McGraw a vivement moqué l'iPad mini, critiquant son prix élevé et son système d'exploitation.