Utiliser internet stimule plus de fonctions cérébrales que la lecture

Clément Solym - 15.10.2008

Lecture numérique - Acteurs numériques - surfer - internet - stimuler


Naviguer sur le net serait meilleur que la lecture de livres pour exercer et dynamiser son esprit pour des adultes d'âge moyen et les personnes plus âgées ont montré de nouvelles recherches.

Surfer sur le net vaut plusieurs lectures

Un groupe de scientifiques que la navigation sur le net mettait l'esprit plus à l'épreuve que la lecture, et s'apparentait au remplissage de mots croisés ou des casse-tête. Des scanners effectués sur le cerveau attesteraient que le surf sur le net stimulait plus de zones du cerveau qu'un roman ou un livre non fictionnel. Les résultats étaient si stimulants que les chercheurs ont envisagé qu'Internet pourrait maintenir un certain état de santé pour les personnes d'âge mûr.

« Les résultats de l'étude encouragent à croire que les technologies émergentes pourraient avoir des effets et des avantages potentiels pour des personnes d'âge mûr », explique le Dr Gary Small, professeur à l'Institut Semel, dans le département de neuroscience, à l'université de Californie. Leur étude serait la première à pointer ce genre d'évaluation, concernant l'impact du net et ses performances sur le cerveau.

Les personnes âgées particulièrement sensibles

Ainsi, la pratique de la Toile implique des décisions rapides et des raisonnements complexes estime l'étude. Sur les 24 bénévoles, qui ont participé avaient entre 55 et 76 ans avec un cerveau en bon état de fonctionnement. Une moitié d'entre eux avait une certaine expérience du net tandis que l'autre en ignorait à peu près tout. Sexuellement, le groupe se répartissait équitablement.


Les deux séries de tests ont tablé sur la lecture de livres et le surf sur le net, le tout sous contrôle d'IRM. Tous les participants de l'étude ont montré une activité cérébrale significative au cours de la lecture de livres : les zones de contrôle de la langue, de la lecture de la mémoire et des capacités visuelles étaient logiquement stimulées, c'est-à-dire les zones temporales, pariétales et occipitales.

Surfer stimule plus de zones cérébrales

Pourtant, sur le net, une nette différence s'impose : bien plus de zones réagissent lors du surf et de l'activité sur le net, en plus des zones déjà mentionnées. Effet supplémentaire, la stimulation était encore plus marquée pour les personnes ayant déjà une expérience du net...