Vague de chaleur chez les pirates : Kickass Torrents sous le feu de la justice

Nicolas Gary - 21.07.2016

Lecture numérique - Usages - pirates ebooks torrents - contrefaçon internet torrent - livres numériques torrent


La contrefaçon en ligne va prendre un grand coup de pied dans le postérieur. Le Department of Justice américain annonce qu’Artem Vaulin, propriétaire de Kickass Torrents, ouvert en 2008, vient d’être arrêté par les autorités de Pologne. Une plainte pénale pour violation du copyright a été déposée à la Cour de district de Chicago. Avec plus de 50 millions de visiteurs uniques mensuels, le site est classé comme le 69e plus visité du web, d’après la plainte.

 

 

 

Âgé de 30 ans, Artem Vaulin vit à Kharkiv, en Ukraine. Depuis plus de 8 ans, il a mis à disposition des liens pointant vers des films, des jeux vidéo, livres, et musiques, pour un montant évalué à plus d’un milliard $. Outre la plainte pour infraction au copyright, ont été ajouté complot pour blanchiment d’argent et deux autres chefs d’inculpation.

 

Le procureur du district nord de l’Illinois Zachary T. Fardin, a annoncé officiellement le dépôt de plainte et l’arrestation. Plusieurs services américains ont été associés à cette arrestation – dont le Centre national de coordination des droits de propriété intellectuelle et le Bureau de la division pénale des affaires internationales.

 

« Dans sa volonté à se soustraire à l’application de la loi, Vaulin aurait installé des serveurs situés dans plusieurs pays à travers le monde et fait migrer ses domaines, après plusieurs saisies et plaintes au civil. Son arrestation en Pologne, toutefois, démontre une nouvelle fois que les cybercriminels peuvent fuir, mais pas se cacher de la justice », estime le procureur général adjoint Leslie R. Caldwell.

 

Accusé d’avoir pillé pour plus d’un milliard $ de biens culturels numériques, Artem Vaulin fournissait indirectement des milliers de livres numériques aux internautes. « Protéger le commerce légal est l’une des plus importantes priorités [...]. Avec la collaboration de nos partenaires, pour faire appliquer la loi, nous continuerons d’assigner en justice tous ceux qui s’enrichissent en dérobant le travail créatif des artistes américains », insiste Peter T. Edge de l’Immigration and Customs Enforcement’s Homeland Security Investigations.

 

Kickass Torrents opère avec des fichiers en 28 langues, indique la plainte, et ses revenus publicitaires sont estimés entre 12,5 et 22,3 millions $. Successivement, le nom de domaine a été bloqué par les tribunaux du Royaume-Uni, d’Irlande, d’Italie, du Danemark, ainsi qu’en Belgique et en Malaisie. 

 

Les sept noms de domaines associés au site font l’objet d’une ordonnance de saisie – la plainte indique par ailleurs que des serveurs étaient même situés à Chicago, ayant fait tourner les domaines kickasstorrents.com, kat.ph, kickass.to, kastatic.com, kickass.so, thekat.tv et kat.cr. Désormais, il faudra attendre qu’un procès intervienne pour déterminer l’avenir du fondateur du site.   

 

De son côté, KAT a confirmé l’intervention policière, pour expliquer la disparition du site. « Avec l’arrestation du propriétaire, le compte bancaire et plusieurs noms de domaines ont été saisis », confirme-t-on. (voir ici)

 

Les outils de la contrefaçon sur internet

 

Ces derniers mois, KAT a été présenté comme un nouvel exemple, à l’image de The Pirate Bay. Cependant, la justice n’a pas fini d’enquêter, alors que le créateur de MegaUpload, Kim Dotcom a annoncé son intention d’ouvrir un nouveau site de téléchargement direct à partir de janvier 2017. Selon ses propres données, Megaupload, fondé en 2005, disposait de 150 millions d’utilisateurs actifs, et 50 millions de visites quotidiennes. 

 

De son côté, le Bureau européen de la propriété intellectuelle vient de communiquer un rapport qui analyse les modèles économiques de certains sites, accusés sinon soupçonnés d’infraction au droit d’auteur. 

 

Un parallèle est établi entre le recours aux Bitcoin, cette monnaie virtuelle, et les achats d’accès à des contenus pirates. Mais le document souligne également que le recours au navigateur TOR, réputé pour être totalement crypté, rejoint la tentative de générer des profits, tout en dissimulant le produits de cette criminalité aux autorités. 

 

Kickass Torrents recensait plus de 10.000 ebooks

 

 

Un site, non cité, propose ainsi l’accès à 85.000 ebooks gratuitement, et encourage les visiteurs à faire des dons au travers du système Bitcoin. 

 

La popularité de Kickass Torrents est probablement l’un des enjeux du déploiement judiciaire, et, pourtant, le site avait tenté de faire le ménage dans les uploads effectués. On estimait que plusieurs milliers de nouveaux fichiers été versés sur le site, mais, à un certain niveau, KAT élimine les fichiers. Depuis sa création, on considère que 1,2 million de fichiers ont été éliminés – toutefois, les données liées aux fichiers supprimés ne sont pas inventoriées depuis les premiers temps.

 

De fait, c’est au cours des dernières années que KAT a mis en ligne une comptabilité des suppressions de documents, au rythme de 500.000 par an, assurait le site.