Les librairies Waterstones retirent les Kindle de leurs magasins

Julie Torterolo - 06.10.2015

Lecture numérique - Lecteur eBook - Waterstones librairie - Kindle Amazon - chute des ventes


Depuis 2012, les librairies Waterstones font partie des acteurs ayant signé pour vendre des Kindle, le lecteur ebook made in Amazon, dans leur magasin. Pourtant, après examen des résultats de fin d’année 2014, l’enseigne déplorait des ventes du lecteur en chute, à tel point qu’elles en devenaient inexistantes. Le constat ne change pas pour 2015, si bien que Waterstones supprime peu à peu les Kindle de ses enseignes. 

 

Elliott Brown, CC BY 2.0

 

 

En fin d’année 2014, James Daunt, l’actuel directeur des chaînes de libraires Waterstones, ancien banquier, assurait que la société pourrait retrouver une vie normale, si les ventes de livres se poursuivaient. Mais un constat s'imposait : les Kindle et les ebooks ne se vendaient pas.  

 

Aujourd’hui, le bilan 2015 n'arrange rien à la situation des lecteurs Amazon. Selon James Daunt, il n’y aucun signe de « redémarrage » des ventes Kindle. Si bien que le directeur a décidé d’enlever peu à peu les stocks de Kindle en magasin, avec l'objectif de privilégier les livres physiques. 

 

« Les ventes de Kindle continuent d’être quantité négligeable, nous supprimons donc de plus en plus les étals de Kindle de nos magasins. Cela ressemble beaucoup à la vie imprévisible de ces best-sellers : un jour les piles s’accumulent, les ventes sont impressionnantes ; et le suivant, chaque vente devient une bénédiction qui dégage les étagères, pour faire place à quelque chose de nouveau. Parfois, bien sûr, les ventes “rebondissent”, mais ce n’est pas le cas avec les Kindle », explique James Daunt à The Bookseller.

 

Difficile de dire si le partenariat entre Waterstones et Amazon est définitivement terminé, puisque la firme a seulement réagi en dressant une liste des points de vente physique où son Kindle était disponible : Argos, Tesco, Sainsbury's et quelques autres... Quoi qu'il en soit, la disparition des Kindle de chez Waterstones est un moindre mal : l'association avec le cybermarchand, considéré comme responsable de la disparition des librairies, n'allait pas vraiment de soi.

 

Les ventes de livres papier en hausse en Angleterre 

 

Une situation confirmée par David Prescott, directeur de Blackwell. Dans son enseigne, les ventes de lecteurs de livres numériques sont également largement en baisse. « Nous ne voyons pas beaucoup de gens qui achètent un lecteur d’ebook pour la première fois aujourd’hui. Les gens viennent bien souvent remplacer leurs anciens appareils, et encore », a-t-il expliqué à The Bookseller. 

 

Parallèlement aux baisses de ventes des lecteurs ebook, on observe au Royaume-Uni une reprise des livres papier. En effet, selon une étude de Nielsen Bookscan, durant les 36 premières semaines de 2015, les ventes de livres papier dans le pays ont augmenté de 4,6 % par rapport à l’année dernière. Il s’agit de la première fois qu’on l’on observe une telle croissance depuis 2007.

 

Comme le souligne The Bookseller, plusieurs raisons sont évoquées par les libraires anglais : des offres plus aiguisées, un rebond de l’économie ou encore la peur du numérique par rapport au papier qui serait en train de disparaître. Mais l'explication la plus plausible semble surtout le faible taux de remplacement des lecteurs ebook, technologie qui connaît assez peu d'innovations.