Waterstones veut s'offrir Blinkbox Books, librairie numérique

Antoine Oury - 15.01.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - waterstones librairies - Blinkbox Books plateforme - rachat Tesco


La plateforme Blinkbox avait été abandonnée par les supermarchés Tesco en octobre 2014, suite à une importante crise financière qui touchait le détaillant britannique. Face à l'urgence, la chaîne avait décidé de se séparer de sa plateforme de vente Blinkbox, sans savoir si cela signifiait revente ou simple fermeture. Visiblement, la chaîne de librairies Waterstones est très intéressée pour acquérir la partie librairie numérique de l'outil.

 


 

 

L'enseigne numérique fait toujours apparaître la mention Tesco, mais son avenir est bel et bien entre les mains de Waterstones, visiblement. La chaîne de librairies, qui compte 290 boutiques au Royaume-Uni, a indiqué qu'elle était fortement intéressée par la perspective d'un rachat de la plateforme, afin d'utiliser l'outil pour remplacer sa propre interface de vente d'ebooks, une « antiquité ».

 

« Une des choses qui nous manque pour la lecture numérique, c'est que nous ne savons pas ce que nos clients lisent et comment ils le lisent. Nous ne pouvons accéder à l'intérêt commercial de vendre en numérique, mais aussi de ce que nos lecteurs découvrent en numérique », explique James Daunt, directeur général de Waterstones. Autrement dit, le besoin de moissonner les données des clients se fait cruellement sentir.

 

Waterstones espère visiblement que l'application Blinkbox permettra d'attirer les clients utilisateurs de tablettes vers la librairie. James Daunt signalait il y a une semaine que les ventes du partenaire Kindle dans les librairies se réduisaient comme peau de chagrin, et ne cache pas son envie de quitter cet allié embarrassant.

 

En février 2013, Blinkbox Books signalait un résultat négatif de 2 millions £, avec seulement 70.000 £ de ventes d'ebooks, avant taxes et prélèvements. Tesco s'est déjà débarrassé de Blinkbox Movies, et devrait vendre Blinkbox Music sous peu.

 

(via The Financial Times)