Writing Life, outil d'autoédition simplifié chez Kobo

Nicolas Gary - 23.07.2013

Lecture numérique - Usages - autoédition - WYSIWYG - Kobo Writing Life


Pour augmenter le nombre d'oeuvres proposées dans leur catalogue numérique, les Canadiens de Kobo viennent d'annoncer que leur suite d'autoédition, Kobo Writing Life avait été mise à jour. Une ample simplification des procédés permettant désormais aux auteurs de travailler leurs textes directement dans l'éditeur de KWL, et qui devrait faire le bonheur de tous.

 

 


 

 

Des fonctionnalités avancées, une grosse révision : tout cela était passablement attendu par les auteurs, qui ont été plus de 17.600 à mettre en ligne 100.000 titres, commercialisés à travers 184 pages et dans 54 langues. Aujourd'hui, la marque propose une solution de création de fichiers plus facile, pour s'épargner les processus de conversion astreignants. 

 

Interrogé par ActuaLitté, Kobo Canada avait souligné toute l'importance de ce catalogue à enrichir : 

Du côté des contenus, nous continuons à croître de façon exponentielle, ayant ajouté à notre offre plus d'un demi-million de titres cette année et nous projetons d'enrichir le catalogue avec des magazines, des comics, et un catalogue de livres jeunesse plus important.

De plus, notre plateforme d'autoédition continue d'attirer des auteurs à succès qui sont maintenant publiés à l'international. Pour Kobo, en fin de compte, il s'agit de mettre en place la meilleure expérience de lecture possible au plus grand nombre de lecteurs à travers le monde. 

 

C'est que, le meilleur moyen de se positionner contre Amazon et les autres, reste encore de disposer d'oeuvres inédites, et d'une offre complète. Donc plus facile d'usage. Avec 10 % des ventes réalisées au travers de cet outil, il était évident que le Canadien devait faire un réel effort pour le rendre plus attractif encore. 

 

En décembre dernier, William Lynch, qui était encore le PDG de Barnes & Noble, ne disait d'ailleurs rien d'autre : « La clef du commerce du Nook est de continuer à faire croître les ventes de contenus numériques. » Et pour ce faire, inciter les auteurs à commercialiser en autoédition leurs oeuvres, afin de constituer un catalogue important. D'ailleurs, début avril, B&N avait présenté une nouvelle mouture de son outil, et PubIt ! était alors devenu Nook Press - avec des simplifications, des améliorations... bref, que du mieux. 

 

Le nouvel éditeur de texte fonctionne sur le principe du WYSIWYG [What You See Is What You Get, NdR]  : autrement dit, ce que l'on voit à l'écran est ce qui apparaîtra pour de vrai. Cela permet de ne pas passer par les formats DOC de Microsoft ou autres choses plus exotiques. Cette conversion automatique donnerait donc un meilleur contrôle du rendu, pour le fichier EPUB final.  

 

Dans le communiqué de Kobo, Mark Lefebvre, directeur de l'autoédition et des relations avec les auteurs, souligne que d'autres améliorations seront apportées au fil des semaines, et des mises à jour qui interviendront en fonction des réactions des auteurs. « Nous les aidons à se mettre en relation avec une communauté mondiale de lecteurs en rendant aussi facile que possible de créer, éditeur, et publier leurs oeuvres. »

 

La plateforme reverse 70 % du prix de vente pour les ouvrages proposés entre 1,99 $ et 12,99 $. Ceux qui sortent cette grille peuvent se retrouver majorés. Et pour le nouvel éditeur de texte, il accepte les formats Word, Open Office, Mobi. Cette mise à jour intervient, heureuse surprise, pour le premier anniversaire de la plateforme.