Youboox : le piratage, un enjeu moindre avec une offre gratuite

Clément Solym - 13.03.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - Youboox - ebooks - lecture gratuite


C'est au Salon du livre de Paris que la nouvelle offre de Youboox sera présentée. Cette plateforme décidée à proposer une alternative pour de la lecture numérique « gratuite et légale », la société présentera ses cartouches à l'occasion de la manifestation.

 

S'inspirant de Deezer, et consorts dans le domaine de la musique, mais également de l'outil 24Symbols, une création espagnole, Youboox permettra de lire tous types d'ouvrages, sur l'ensemble des appareils disponibles aujourd'hui. 

 

 

Avec plus de 1000 titres, le catalogue s'enrichira avec le temps. On compte d'ores et déjà parmi les éditeurs L'Atalante et Le Petit Fûté. Deux types d'offres seront proposées : 

  • Lecture gratuite et illimitée en mode connecté, grâce à une bibliothèque partagée dans le cloud, 
  • Conseils et critiques éditoriales pour favoriser la découverte de nouvelles œuvres (informations
    descriptives, fiche de lecture, critiques et articles, ainsi que l'avis de la communauté), 
  • Notations et recommandations de livres par la communauté, 
  • Partage de la lecture avec ses amis ou les membres de la communauté via Facebook, Twitter... 

Ce service est financé par la publicité : les bannières présentes au dessus des pages en cours de lecture engendrent des revenus publicitaires qui permettent de rémunérer éditeurs et auteurs et de développer ainsi un service de lecture gratuite.

 

Une Offre Youboox Premium sera disponible ultérieurement : un service tout confort réservé aux abonnés pour 9,99€ par mois :

  • Accès illimité et sans publicité à une sélection de livres plus étendue : accès à du contenu exclusif, uniquement présent dans le catalogue Premium, 
  • Lecture hors connexion pour emporter sa bibliothèque numérique et en profiter où on le souhaite, y compris dans les transports. 

 

Une idée 'dans l'air du temps'

 

Fabien Sauleman, cofondateur de Youboox, revient sur cette création. « L'idée et les avancées de 24Symbols nous confortent dans l'idée que ce projet est bien dans l'air du temps. Nous avons misé sur le fait que, bien que le livre reste un objet à posséder, c'est moins l'oeuvre que nous cherchons à avoir que la possibilité d'accéder au texte. » La version bêta du projet se déclinera sous deux formes : celle d'une application sur iPad, et en parallèle, une version web, pour s'assurer un accès facile aux oeuvres : si les tablettes sont un avenir certain, le taux d'équipement ne permet pas de se passer de l'outil internet. 

 

Pour cette première étape, des éditeurs comme le Diable Vauvert ou encore le Belial ont rejoint l'aventure. « Nous avons une dominante science fiction, mais également des romans policiers, quelques ouvrages libres de droits. Pour l'heure, la BD n'est pas encore là, mais nous discutons avec les maisons pour enrichir notre catalogue. Nous avons compris, au fil de nos rencontres, que les éditeurs s'étaient lancés l'an passé dans la vente au détail, sur toutes les plateformes qui étaient disponibles. Il faudra probablement un peu de temps pour digérer cette première étape, et arriver à mettre en place une nouvelle offre », analyse-t-il.

 

Concrètement, pour l'éditeur, le travail se fait pour l'instant au travers de fichiers PDF envoyés à Youboox, avec la couverture du livre en JPG. Au travers d'un back office personnel, l'éditeur peut expérimenter l'outil, et se décider à intégrer plus d'ouvrage, ou sortir complètement de l'aventure. Pour l'iPad, la sécurité est assez importante, puisque la lecture se fait directement depuis l'appli. Du côté web, la lecture est protégée, mais, précise Fabien Sauleman, « les enjeux du piratage pour des livres que l'on peut lire gratuitement sont moins importants que dans le cadre d'une offre payante ». 

 

Du reste, les éditeurs, comme c'est le cas pour 24Symbols, sont rémunérés, dans l'offre gratuite, tout comme pour le forfait payant illimité, en fonction de nombre de pages lues. « C'est un système honnête, et qui nous permet en outre d'obtenir des informations sur la manière dont sont lus les livres, et de définir des usages. » L'offre d'abonnement permettra de son côté la lecture hors ligne. « Le fait de devoir être connecté, et de préférence en WiFi, pour assurer la lecture en streaming reste une solution  contraignante. »  

 

Les prochaines étapes à mettre en place arriveront avant l'été. Il s'agira dans un premier temps, d'introduire des fonctionnalités sociales de partage, pour créer une communauté et lui simplifier les échanges. D'autre part, ce sera l'ouverture de l'offre Premium, qui introduira donc la possibilité d'une lecture hors connexion. Dans l'intervalle, d'autres éditeurs pourraient arriver dans le catalogue, et des partenariats, avec des opérateurs télécoms ou des industriels désireux de lancer des offres de tablettes pourraient également arriver. 

 

L'application Android, à ce titre, est également dans les tuyaux, sous peu.

 

 

Pour mémoire, Orange projette également d'ouvrir un outil similaire, comme l'a expliqué hier David Lacombled, directeur délégué à la stratégie des contenus d'Orange, à l'occasion d'un Labs Hadopi dédié au livre numérique. Ainsi, l'opérateur téléphonique va mettre en place « un modèle ouvert du livre numérique, qui n'a pas attendu le téléphone portable pour être nomade ». En s'inspirant de sa récente acquisition Deezer, Orange veut impulser le modèle ouvert, multisupport, et qui, surtout « garantira l'accès au livre ».