Zoom sur le marché de l'ebook en Colombie

Lettres numériques - 09.09.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - Marché du livre - Ebooks - Colombie


Depuis la fin du mois d'août l'alerte est passée au rouge du côté des éditeurs espagnols, avec des comptes en baisse pour 2013, avec une réduction de 11,7 % du chiffre d'affaires. Les chiffres collectés entre mars et mai 2014 auprès de 322 maisons d'édition par la Federación de Gremios de Editores de España, Association des éditeurs espagnols, ne sont pas bons. Le marché encaisse une crise profonde : entre 2008 et 2013, le chiffre d'affaires a diminué de 29,8 %, et le nombre d'exemplaires vendus de 34,9 %. Alors qu'une surproduction reste évoquée au diagnostic, se peut-il que les marchés d'Amérique Latine constituent une opportunité pour l'édition hispanophone ?  

 

 

 

 

 Avec Lettres Numériques

Pour de nombreux éditeurs espagnols, le marché latino-américain est perçu comme salvateur face à des ventes en berne, voire en franc déclin sur le marché espagnol. En effet, l'analyse des chiffres de l'ensemble du continent sud-américain démontre que la situation y est radicalement différente de celle en Europe. Dans ce contexte, comment le numérique est-il perçu et à quel point la population investit-elle dans le numérique ? Quel est l'intérêt des éditeurs pour l'ebook et quelles sont les opportunités à en tirer ? Intéressons-nous à ce marché en expansion sur le territoire latino-américain, et plus précisément en Colombie.

 

Dans de nombreux pays américains, dont la Colombie, le secteur éditorial se présente sous la forme de deux grandes branches, avec d'une part les filiales de grands groupes éditoriaux mondiaux ou de langue hispanique, tels que Random House, Planeta ou encore Grupo SM, et d'autre part des éditeurs locaux. Ces derniers ont profité de la censure sous Franco pour développer leur savoir-faire localement et parfois en dehors de leurs frontières. Néanmoins, dans de nombreux pays sud-américains, la culture du livre n'est pas autant ancrée dans les mœurs qu'en Europe, en raison notamment d'un réseau logistique défaillant et d'un réseau de librairies traditionnelles à faible densité. Le numérique et la croissance enregistrée par l'Amérique latine ces dernières décennies est en passe de changer la donne.

 

Cette vision est partagée par Jaume Sues Caula, directeur de la chaine de librairies Casa del Libro : « Avec un potentiel de 8 millions de lecteurs ebook, 26 millions de smartphones et 4 millions de tablettes, le marché de l'Amérique latine représente une véritable force. » En effet, comme dans la plupart des marchés, c'est le taux d'équipement des ménages qui est la première source d'achats de livres numériques. De même, étant donné que les lecteurs n'ont pas spécialement cette attache au support de lecture papier, on pourrait s'attendre à ce qu'ils basculent plus rapidement vers le numérique.

 

Mais qu'en est-il de la perception des éditeurs face à cette tendance de la population à se tourner vers le numérique ? « En Colombie, le marché du livre papier est toujours bien présent et plutôt en croissance. On constate que contrairement à certains éditeurs francophones qui sont sur la défensive lorsqu'on aborde le sujet du numérique, ici le numérique n'est pas perçu comme une menace mais plutôt comme une opportunité ; un complément aux autres formats de lecture » affirme Mariana Gonzalez, business développeuse spécialisée dans le marché numérique latino-américain. « Les éditeurs indépendants sont également conscients du fait que le numérique nécessite des compétences nouvelles et qu'il s'agit d'un autre métier. » Tel que l'explique notre spécialiste, la situation est très différente même au niveau du papier. « Alors qu'en Europe les maisons d'édition sont spécialisées dans l'édition, et se sont séparées de leurs activités d'impression, les maisons d'édition colombiennes disposent très souvent de leur propre entrepôt et de leur imprimerie. »

 

Si le livre numérique n'est pas perçu comme une menace, c'est parce qu'il permet aux éditeurs de se diversifier et qu'il constitue une alternative intéressante pour la commercialisation d'ouvrages spécifiques, notamment dans le domaine religieux. Mariana Gonzalez ajoute : « Pour les éditeurs colombiens comme pour les éditeurs belges, le numérique facilite les ventes à l'export et permet de plus facilement franchir les frontières géographiques du pays. Cela leur offre plus de visibilité et leur permet d'élargir leur public. »

 

D'après Mme Gonzalez, le prix du livre papier pourrait motiver les achats numériques. En effet, « pour de nombreux colombiens, les livres papier restent très cher, voire inabordables en regard de leur pouvoir d'achat. Le livre numérique est une alternative moins onéreuse qui se révèle souvent intéressante pour des lecteurs aux moyens financiers limités ».

 

Globalement, même si le marché du livre numérique reste actuellement relativement embryonnaire en Amérique Latine, selon le directeur de Casa del Libro, « d'ici 2016, le livre numérique pèsera pour 70 millions de $. » Un marché en pleine évolution qu'il est donc intéressant de garder à l'œil.

 

En savoir plus sur le marché colombien :

 

Rapport du BIEF sur la Colombie
Global eBook Report