111 notes d'amour, Jean-Yves Clément

Clément Solym - 11.07.2008

Livre - 111 - notes - amour


Jean-Yves Clément, peu connu du grand public en tant qu’écrivain, a pourtant déjà signé quelques petits livres sympathiques. Animateur sur une antenne de Radio France, il est aussi l’organisateur du festival « Fêtes romantiques de Nohant » (au mois de juin) qui, chaque année, propose dans l’ancienne demeure de George Sand des concerts de musique classique.

Un livre charmeur :

111 notes d’amour
est un recueil de différentes notes d’amour poétiques présentées sous une agréable illustration de couverture : un détail de La Branche, œuvre du peintre Marc Chagall (1887-1985). Ce sont ainsi deux amants qui se dessinent dans des teintes bleutées joliment fleuries sur la première de couverture du petit livre.

A l’ouverture du recueil, on apprécie le papier plutôt épais à la coloration plus chaude que le blanc habituel des œuvres sans âme. Les différentes notes poétiques sont répertoriées sous des entrées aux titres évocateurs : « T’écrire », « T’aimer », « Je t’aime », « Ton amour » ou encore « De toi » et « En toi »…

Recherche du mot, du son juste :

Le poète semble ici nous inviter à le suivre dans sa quête incessante des mots appropriés pour chanter son amour. Cette recherche est éternelle puisqu’à chaque instant, l’amour se renouvelle, et il faut ainsi trouver de nouveaux assemblages de mots, de sons pour arriver à recouvrir cette nouvelle réalité qui naît sous un regard toujours surpris.

Ainsi commence le chemin tracé par le poète sur la page : « Tu es devenue mon amour-livre comme on pose une aile sur le mot ivre ». Les réflexions s’enchaînent comme dans un recueil de citations. On imagine aisément le poète, plume en main, notant à toute heure du jour et de la nuit ce que lui inspire son amour. Une façon de le cultiver mais aussi une façon de lui rendre hommage.

De toi à moi :

Le lecteur se retrouve alors dans le cadre d’un dialogue où un « je » s’adresse à un « tu ». Enfin, dialogue…nous n’entendons que le « je ». Charge à vous, lecteurs, de donner cœur et corps à ce « tu »…car chacun en a un qui lui est propre… Mais si, j’en suis sûr, ne faites pas cette tête-là ! Ou, en tout cas, c’est comme pour les oiseaux, chantez avec eux, et ils viennent tous à votre fenêtre !

Un amoureux transi, un amour qui se transmet :

La feuille, la plume sont les instruments nécessaires à l’expression de cet amour, rendu ainsi public, comme l’aveu d’une force interne qui dépasse le poète. « Ton amour, comme un soleil éclaté en mon cœur »

Brigitte Fossey signe la Postface du recueil. Elle nous montre ce poète à la recherche de l’absolu de l’amour, il s’élance, s’arrête, repart mais toujours continue, avance. Jean-Yves Clément nous convie à monter dans sa barque et dès qu’on est à bord, on se laisse porter par ses déclamations : « La vérité de mon amour, c’est d’être en toi, même sans toi »

Jean-Yves Clément a aussi écrit Les plus belles paroles du Coran paru en avril 2008 également au cherche midi. C'est un recueil de quelques-uns des extraits les beaux de l’un des trois grands textes fondateurs des religions monothéistes. Dans un style plus poétique, il a signé Variations Chopin. Quarante-huit Préludes paru en 2005 chez Lancosme Multimédia.