A Gabineau-les-bobines, l'on y danse, l'on y danse...

Auteur invité - 23.07.2019

Livre - gabineau les bobines - Pennequin POL


ROMAN FRANCOPHONE - Avec Gabineau, Gégène et les autres, Pennequin fait du Pennequin et nous offre une jubilatoire plongée dans l’absurdie de la vie.
 

 
Côté langage, les phrases s’enchaînent en rang serré, sans virgule, juste des points. Le tout donne envie d’être débité allegrissimo à 200 à l ’heure au cas où le temps manquerait pour tout dire. Et dire quoi d’ailleurs ?
 
Que cela fait des lustres que Gégène n’a pas vu son copain, ce drôle de gus de Gabineau. Pennequin nous embarque dans une ronde endiablée avec une myriade de personnages tous plus improbables les uns que les autres. Il y a Lulu, Nono, Quatrevingt- livres, La Grosse, La Djiboutienne, Charlie, Tante Marthe, Momo, Avec-plaisir, La Tigresse, La Tchitchette…
 
On n’en finirait pas de faire résonner tous ces noms qui tournent bien en bouche, et pour cause, Charles Pennequin est  un poète des sons, un performeur fils de la poésie sonore. Alors, un conseil, lisez ce livre à voix haute.
 
Ça pourrait presque ressembler à un film pas trop noir qui raconterait la vie de familles tuyaux de poêle. Des ouvriers dans le Nord, des pieds-noirs devenus maoïstes, des gendarmes intellectuels ou pas, des immigrés algériens… et tout ce petit monde croque la vie comme il peut.
 
Les lieux sont comme les hommes, ils sont changeants, alors le Nord (Pennequin n’oublie pas qu’il est né à Cambrai) mais aussi Malakoff, Le Mans, Pessac ou Melun.
 
On y parle de la guerre d’Algérie, de la 4L de Lulu, de la deudeuche  de la Peau-de-vache, de l’éducation des uns et des autres et aussi de celle de Charlie qui, quand il déclare à son conseiller d’orientation qu’il aime la poésie, se voit orienté vers le métier d’agent comptable. Et puis comme le dit Tata Fifine, « la vie c’est pas fastoche ».
 
La bande son des années 70/80 se déroule au fil des pages et suffit à planter le décor d’une époque.  Tous ceux qui ont plus de 20 ans, comme dit la chanson, vibreront à l’unisson de l’auteur à l’évocation de François Béranger, des Quilapayun, de Radio Caroline, de Léo Ferré, Malicorne, Angelo Branduardi ou Pierre Perret dont il est dit, page 41, qu’il est « le plus grand des poètes du XXe siècle ».
 
Françoise Objois
 
Charles Pennequin – Gabineau-les-bobines – POL – 9782818046319 – 18 €

   
 

 

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : P.O.L
Genre :
Total pages : 144
Traducteur :
ISBN : 9782818046319

Gabineau-des-bobines

de Charles Pennequin

" J'ai écrit ce livre en pensant à un début de roman policier un peu old school, avec des noms de l'ancien temps, ou plutôt des surnoms. Il y a Gégène et Lulu et il y a un personnage qui s'appelle Gabineau, c'est l'un des rares qui n'a pas de surnom mais on ne sait pas qui c'est. " (Charles Pennequin) Tout le long du livre, il est question de Gabineau, qui serait un compagnon à Gégène que ce dernier aurait connu durant la Seconde Guerre mondiale. Il est d'ailleurs question de plusieurs événements dans le livre, traversés

J'achète ce livre grand format à 18 €