medias

A l'ombre d'un feuillage, rêver que l'on est soi aussi arbre

Auteur invité - 20.07.2018

Livre - Haroldo Conti nouvelles - ballade peuplier carolin - textes labeurs récits


NOUVELLES – On ne peut plus ignorer que les arbres ont une vie, une vie secrète. Le peuplier de Haroldo Conti a même une âme. Il grandit, il apprend, il se souvient : le vieux colosse sauvage est un être vivant, il se dresse, il est debout. Et l’homme, à l’ombre de son feuillage, écrasé par un labeur estival, rêvera qu’il est, aussi, un arbre. 

 


 


« On pense généralement que les journées d’un arbre se ressemblent toutes. Surtout s’il s’agit d’un vieil arbre. Mais non. Une journée d’un vieil arbre est une journée du monde. » Ainsi commence la première nouvelle, celle à partir de laquelle se développe l’univers poétique de l’Argentin Haroldo Conti, un des nombreux « disparus » de la dictature argentine.

Dans ce recueil de nouvelles, il nous trace l’effacement, la disparition des lieux de son village natal Chacabuco, mais aussi celle des écrivains, des rêveurs d’avenir que la mort ou les militaires ont brisés, l’évanouissement d’un monde rural. Un monde de lenteur, de labeur et de poésie quotidienne, de sa province argentine, de ses gens ers et droits qui s’élèvent en leur dignité. 
 

Onzième et dernier récit de ce livre : le dernier texte écrit par Conti, « À la droite de Dieu », achevé au moment de son arrestation, en mai 1976. « Le peuplier a quelques branches mortes, d’autres se sont cassées et je ne crois pas qu’il grandira encore »...

Là pourraient s’arrêter définitivement l’histoire, les rêves et les espoirs. Mais ce serait compter sans la permanence de ces Figures familières à l’auteur, l’oncle Augustin et la tante Haydée, la sœur Mocha, ce serait oublier la compagne Martha revenue des geôles de la dictature. Ce serait renoncer, trahir ses espérances.

« Ceci est mon lieu de combat, je n’en partirai pas », avait affiché Haroldo Conti sur le mur de son bureau. 
 

La Ballade du peuplier carolin n’est pas un recueil de textes militants : il célèbre la vie simple, les joies quotidiennes. En ce sens, c’est un recueil de textes éminemment « de résistance ». 

 

Alain Lamarre,
Vent de Soleil (Auray)
en partenariat avec le réseau Initiales

 

 

Haroldo Conti, trad. Annie Morvan – La ballade du peuplier carolin – La dernière goutte – 9782918619413 – 17 €

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.