À la ferme familiale, la vie au rythme des saisons

Mimiche - 24.04.2018

Livre - ferme famille héritage - Cevennes ferme paysan - vache poules lapins


Gustave Targot, Gus, est un vieux célibataire n’ayant jamais quitté la ferme de ses parents et, avant eux, de ses grands-parents, aux Doges, un lieu-dit perdu au fond des Cévennes où il vit seul maintenant que toute sa famille « a passé ». Grossir le ciel, de Franck Bouysse, prend lieu dans un terroir aussi truculent qu'autarcique, où l'irruption du grain de sable vient bouleverser les vies immuables.




 

Il partage sa solitude avec Mars, son chien, et ses animaux, vaches, poules, lapins… car même Abel, son plus proche voisin, habite à plusieurs kilomètres de là. Et de toute façon, il n’a jamais eu de grandes relations avec Abel, bien plus âgé que lui, et surtout ils sont séparés par d’anciennes histoires de famille dont l’origine lui est parfaitement inconnue.

 

Malgré ce passif, les deux hommes, depuis quelque temps, se rapprochent insensiblement, avec toutefois beaucoup de rudesse et de misanthropie largement due à leurs solitudes respectives.

 

Leurs vies, rythmées par les saisons et plus encore par les soins à apporter aux bêtes, ne leur laissent ni beaucoup de latitude pour dévier de leurs travaux quotidiens ni beaucoup de temps libre pour s’apitoyer sur leur sort.

 

C’est pour cela que les comportements de Mars qui semble, un jour, terrorisé en rentrant ventre à terre et ensanglanté des sous-bois où Gus l’a entendu aboyer puis gémir commencent à l’inquiéter. Surtout quand il découvre des traces de petits pieds nus dans la neige, là où Mars s’est visiblement battu avec quelqu’un qui a disparu en direction de la ferme d’Abel.

 

En plus, tous ces dérèglements de l’habitude interviennent au moment où les médias annoncent le décès de l’Abbé Pierre, ce qui, malgré son absence totale de religiosité, à plus forte raison catholique dans cet arrière-pays protestant, produit un gros bouleversement chez Gus.

 

Franck Bouysse écrit à merveille un terroir truculent qu’il semble connaître jusque dans ses entrailles.

 

Ses personnages sont plus vrais que nature, plus indécrottables dans leur détestation de l’« autre » qu’il n’est possible de l’imaginer, plus viscéralement ancrés dans leur vie de taiseux, où toute intrusion si superficielle soit -elle est vécue comme une agression.

 

Il raconte avec force détails la vie de la ferme, les animaux et le travail quotidien, la solitude des hommes qui n’ont pas trouvé, ou ont perdu, la femme qui pouvait les accompagner dans cette vie dure, sans répit, soumise aux lois immuables des journées de labeur.

 

Et dans cette plongée d’un réalisme sans conteste, il introduit de petits grains de sable qui vont venir gripper des rouages tellement huilés, tellement anciens en faisant ressurgir le passé : « le problème, c’est que ce qu’on a fait dans sa vie, ça revient en pleine gueule à un moment ou à un autre, surtout quand on s’y attend le moins » dit Abel à juste titre.

 

Et les bouleversements ne sont pas anodins, distillés au compte-gouttes pour faire monter la pression jusqu’à son paroxysme.

 

Dommage, de mon simple point de vue, que la note finale et l’épilogue manquent de lien avec le reste de l’histoire et que, même si on peut en deviner certains tenants, ceux-ci peinent à expliquer les aboutissants.

 

En revanche, j’ai adoré ce retour à la terre, à ses lois et à ses exigences, ainsi que les coups de griffe donnés au passage à ceux qui ne supportent par cette autarcie loin des exigences de l’argent, à ceux qui s’acharnent à la rendre impossible, sans futur. Comme, par exemple, dans des zones où ne se fera pas un aéroport…

 

 

Franck Bouysse – Grossir le ciel – Le livre de poche – 9782253164180 – 6,90 €
 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.