À la recherche des étoiles : Le voyageur du doute

Nicolas Gary - 04.11.2019

Livre - Maud Tabachnik - voyageur doute - existence pessimisme rejet


ROMAN ADO – Deux voyageurs : un homme, Simon, et son chien, Black. L’aventure a de faux airs de Belle et Sébastien, la tragédie et la misère en moins. Encore que. Maud Tabachnik, que l’on connaît plus dans le monde du noir et du thriller, fait route vers le parfait contrepoint du Young Adult. Sans frémir…


 

N’oublions tout d’abord pas qu’il ne s’agit pas du premier ouvrage « jeunesse » de la romancière : en 1999, alors que l’on payait encore en francs, sortait Brouillard d’Écosse chez Albin Michel – aujourd’hui repris sans vergogne dans le système ReLire. Mais Le voyageur du doute n’a rien de commun avec les enquêtes de Le Furet. Quoique…

Simon et Black ont pris le monde en pitié, et pour exprimer au mieux leur désapprobation, ils se bornent à fréquenter la planète, sans s’attacher ici ni là. Leur mantra se résume simplement : ne pas croire, car c’est le premier pas vers une oblitération de l’esprit. Ainsi vont-ils, devisant, soucieux surtout de ne prendre part à rien. 

Pour vivre heureux, vivons en marge, loin des folies humaines, pour peu que l’on parvienne à s’en détacher totalement. La liberté est à ce prix, mais aucun des deux n’a en tête qu’il soit trop élevé. 

Et puis, les voici qui croisent la route d’un groupe, quelques jeunes campés sur des motos. Au milieu d’un monde qui s’effrite et plonge dans un égoïsme terrifiant, ces jeunes pétaradent, terrorisent… et vivent de braquages, commis au fil de leur chevauchée. Cinq cavaliers, qui n’ont rien d’apocalyptique — trois hommes, deux femmes – marginaux eux-mêmes, avec leurs propres règles.

Alors, Simon déraille, et s’enthousiasme. Malgré les réprobations tacites ou non de Black, le voici qui s’attache à cette vie nouvelle, grouillante. Des jeunes pris par leurs passions, incapables de comprendre que pour contester, il faut savoir faire abstraction totalement. Voici comment les philosophes, humain et canin, partageront un morceau de l’épopée, au risque de briser totalement leur sérénité.
 
Difficile d’appréhender ce récit, sans avoir à l’esprit qui résonne l’avertissement — au demeurant charitable — de la romancière. « J’ai toujours écrit sur des événements qui m’ont troublée, désolée, ou pire, révoltée. Le voyageur du doute m’a été imposé comme le reflet de ce que le monde vit et accepte trop souvent avec apathie et indifférence, en privilégiant ses intérêts personnels. »

Longue métaphore, ce récit d’apprentissage qui ne s’avoue pas, à des accents beckettiens : l’absurde et le tragique s’y côtoient, en aimables voisins, sans que l’on sache véritablement comment s’y prendre avec eux. Beckett, parce que si Maud Tabachnik a plus à dire, elle le réalise avec une âpreté semblable, une rudesse qui bouscule le lecteur. 

Le voyage est confortable, peut-être, mais çà et là, un caillou dans la chaussure, un effluve qui rend le parcours nauséabond — ou plus encore, un sentiment d’effroi qui monte. Et l’on cesserait de marcher sur-le-champ, tant cette étrange torpeur nous paralyse. 

Métaphore, parce que l’adolescent et l’adulte y liront deux faces de l’existence : l’inconscience et la prise de conscience. L’irresponsabilité face à l’écrasante responsabilité. Et l’aventure va prendre forme, sera difforme, on s’y sent prisonnier, comme inéluctable. Brutale, violente, déstabilisante, l’histoire de Maud Tabachnik laisse vidé.

C’est le malconfort, cette prison où l’on ne tient ni debout, ni assis, ni couché. On est brisé, écartelé. Et quand elle nous en extrait, on la remercie, pour sa note salutaire de poésie. Et d'humanisme.

Maud Tabachnik – Le voyageur du doute – Flammarion – 9782081493087 – 14 €


Commentaires
Grand merci pour l'analyse que j'estime très juste en tant qu'auteure. Et encore grand merci pour l'avoir publiée.
C'était un immense privilège et un véritable plaisir que de pouvoir découvrir votre livre.

Nicolas.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.