À meurtrier, meurtrier et demi, ou pourquoi s'entretuer en famille

Victor De Sepausy - 18.06.2019

Livre - Tuer oncle - enfants assasinat - île déserte


ROMAN JEUNESSE (BIEN) TORDU – Bienvenue dans un thriller, où l’héritier d’une colossale fortune, âgé de 12 ans, découvre que son oncle est tout disposé à le tuer, pour accaparer l’argent. Et comment, par un effet du sort, le jeune garçon va demander l’aide de sa copine pour battre le vénal tonton à son propre jeu. Ou l’histoire du chat et de la souris, revisitée…


 

Les amateurs de films d’horreur auront l’oreille tendue un instant, à la seule évocation du titre anglais : Let’s Kill Uncle. Car si le roman de Rohan O’Grady a pu leur échapper, il est possible que le film de William Castle, sorti en 1966, leur soit plus connu. Non que les acteurs aient fait une carrière fulgurante ni même que l’adaptation ait connu une postérité glorieuse. Mais l’ingéniosité déployée par les deux gamins pour tenir en échec cet oncle cupide est des plus drôle. 

Publié originellement en 1963, le livre préfigure assez justement l’abomination cinématographique que fut Maman j’ai raté l’avion, et ses effroyables exploitations successives. Autant, Y’a-t-il un flic pour… avait l’avantage de l’humour potache assumé, sans racolage prépubère. 

Donc, voici deux préados qui vont lutter de toutes leurs forces, déployant mille ruses, pour triompher d’un oncle infâââme – et britannique – pour sauver la peau de Barnaby. Projet d’autant plus hasardeux que le proche parent est un spécialiste des arts martiaux, et autres techniques d’assassinat, en tant qu’ancien des forces spéciales. 

Petit détail d’importance : entre le film et le livre, les seuls points communs résident dans le prénom des deux jeunes, Barnaby et Christie, et l’intrigue globale. Pour le reste, rien à voir. Et ce n’est pas plus mal : cela donne l’occasion de double son plaisir — chose difficile à bouder. Encore que la fin du film laisse à désirer…

 

Petits meurtres en famille

 
 

Quelque part entre le conte de fées façon Frères Grimm, mêlé à la douce noirceur d’Edgar Poe — plutôt en version comédie noire bien macabre —, le roman de Rohan est assez inclassable. L’autrice canadienne June O’Grady Skinner avait choisi de publier sous pseudonyme l’histoire de ces délicieux apprentis assassins, coincés sur une île avec un oncle meurtrier est délectable. 


On frise le roman d’apprentissage avec option révélation magique, tant leur passage sur cette île va exercer sur eux l’effet d’un filtre magique — et transformer totalement leur être. Barnaby et Christie deviennent les meilleurs amis, alliés de toujours contre le diabolique Oncle Sylvester… un peu comme Hansel et Gretel s’unissent pour venir à bout de la sorcière de la cabane en pain d’épices.

D’autant que la comparaison se tient sur une certaine longueur. 

Dans cette aventure qui se savoure comme un cake un peu amer, la narration s’épargne tous les dangers d’un texte trop sérieux, pour verser constamment dans la parodie et la dérision. Difficile de se dire que des enfants saisiraient toutes les ficelles et subtilités. Or, en dépit des thèmes profonds évoqués — racisme, écologie, élitisme, guerres — le roman ne peut que les convaincre. 

Et mieux vaut leur mettre cela dans les mains que Macaulay Culkin devant les yeux. Si, si… Surtout que l’acteur américain est actuellement pressenti pour incarner le Joker… Pauvre industrie américaine du divertissement audiovisuel !

Pour Barnaby, cet héritage de 10 millions $ qu’il ne pourra utiliser qu’à l’âge de 21 ans passe rapidement de la malédiction à l’occasion délectable de devenir plus affreux qu’un affreux adulte. Quant à la folie douce qui s’empare de tout le monde dans ce livre, elle est salutaire à notre époque. Les innocents terrorisés deviennent rapidement des monstres à l’imagination débridée. Délectable, à tous points de vue.

Bonus : voici la bande-annonce du film, vu récemment, pour la bonne cause… 




Rohan O'Grady, trad Morgane Saysana – Et c'est comme ça qu'on a decidé de tuer mon oncle – Monsieur Toussaint Louverture – 9791090724679 – 17,50 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Monsieur Toussaint Louverture
Genre :
Total pages : 304
Traducteur : morgane saysana
ISBN : 9791090724679

Et c'est comme ça qu'on a decidé de tuer mon oncle

de Rohan O'Grady

Barnaby Gaunt, orphelin turbulent et héritier d'une immense fortune, est envoyé pour les vacances d'été sur une île à la nature luxuriante et aux habitants vieillissants au large de la Colombie Britannique. Vitres cassées, animaux effrayés, très vite, il bouleverse la routine des insulaires, avant de découvrir la véritable raison de sa venue : son oncle diabolique veut l'assassiner. Décidé à ne pas se laisser faire, Barnaby, aidé de Christie, la seule petite fille de l'île, comprend qu'il n'y a qu'un moyen d'en réchapper, éliminer l'oncle en premier. Captivante, malicieuse, sombre et souvent drôle, Et c'est comme ça qu'on a décidé de tuer mon oncle est l'histoire étonnante de deux enfants ordinaires qui conspirent pour accomplir un meurtre extraordinaire.

J'achète ce livre grand format à 17,50 €