Adopter Anne Frank comme confidente...

Nicolas Gary - 16.01.2019

Livre - Anne Frank journal - Florence Hinckel roman - Lettres Anne Frank


ROMAN ADO – Ce n’est pas vraiment la première fois qu’Anne Frank recevra des courriers posthumes. Les hommages qui lui sont rendus ne manquent d’ailleurs pas — et à raison. Le témoignage qu’elle nous a laissé dépasse de toute évidence les frontières du temps et des religions. Un parcours que 74 ans plus tard, Florence Hinckel nous invite à reprendre.


 

Nos éclats de miroirs, ce sont les lettres d’une jeune fille, Cléo, 14 ans, qui aime écrire — et s’y adonne depuis qu’elle a 10 ans. « Mon écrivaine préférée, c’est toi, Anne Frank. » Difficile de qualifier Anne Frank d’écrivaine : le journal intime que tout le monde a pu découvrir sinon lire ne fait pas preuve d’un style ou d’une élaboration strictement littéraires. Et pourtant, c’est probablement le livre le plus lu, écrit par une adolescente.

Anne Frank écrivait à une certaine Kitty dans son carnet, amie imaginaire, et Cléo décide de répondre à Anne, par-delà les années, en incarnant cette Kitty. Or, autant Kitty permettait à Anne Frank de conter sa vie clandestine et les difficultés qu’elle rencontrait, autant Cléo-Kitty répondant va se confier librement à Anne Frank disparue. 

Mais entre imaginaire et disparue, une amie reste une amie…

Il est vrai qu’à la lecture de ce petit roman épistolaire, on se sent l’envie de retrouver la lettre que George Whitman rédigea, en 1960, à l’attention d’Anne Frank. Elle n’était alors décédée que 15 ans plus tôt et que texte qui nous était parvenu était alors largement amendé par son père. Pourtant, c’est la même émotion que la jeune fille suscite. 

Que ce soit le véritable libraire fondateur de Shakespeare & Co ou la fictive Cléo devenue Kitty, la relation intime que les lecteurs tissent avec Anne Frank et son récit dépasse de loin la traditionnelle discussion entre l’auteur et le lecteur, par le livre.
 
Cléo-Kitty parle alors de la disparition de son père, elle parle également de la maladie qui la frappe durement — une grippe, pendant quelques jours. Mais l’auteure en herbe délire et s’attarde, et parle de Marguerite Duras, à 14 ans, tout de même ! Et puis, il y a Bérénice, cette amie du collège, une complicité qui traverse parfois des tempêtes — surtout quand il est question de garçons.

Et il y a cette relation avec sa mère, si compliquée, si difficile à appréhender, et plus encore à raconter. La souffrance d’une mère perdue, que l’on peut évoquer, partager avec sa sœur. Cléo a une sœur, Mélodie. Parce que le risque pour les deux filles, c’est de se voir séparées l’une de l’autre : un papa disparu, une maman disparissante, dépérissante…

Cette plongée dans un univers de confidence découle — l’auteure le confie — d’un fait réel. Les faits relatés sont fictifs, mais Florence Hinckel raconte qu’elle écrivait, plus jeune, à Anne Frank. Et l’émotion qui se dégage de cette démarche est pleinement perceptible d’une page à l’autre, d’une lettre à l’autre. 

Un exercice qu’elle cessa à l’âge de 15 ans, 1 mois et 19 jours. Toute ressemblance pourrait avoir du sens… Cependant, si la démarche personnelle est clairement posée en fin d’ouvrage, il n’est pas nécessaire d’en avoir connaissance pour saisir l’ampleur de cet ouvrage. Une correspondance à sens unique qui saura toucher, conforter, interroger. 

Parce que les éclats d’un miroir sont dangereux si l’on n’y prend pas garde, autant qu’il nous permette de disperser la réalité et de la recomposer à l’envi.


Florence Hinckel – Nos éclats de miroir – Nathan – 9782092588048 – 14,95 €


Dossier : Rentrée d'hiver 2019 : une nouvelle année littéraire lancée


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.