Album blond : Boucle d'or et les trois ours

Eli Esseriam - 21.08.2013

Livre - conte - boucle d'or - ours


Donc, Boucle d'or est une fillette ainsi baptisée en raison de sa chevelure flamboyante en tire-bouchon, ça, nous le savons depuis quasi toujours. (Notons l'imagination des mamans dans les contes lorsqu'il s'agit de dénicher des prénoms, cf Blanche-Neige, le Petit Poucet, le Petit Chaperon Rouge et Peau d'âne). Bien sûr, Boucle d'or habite près d'une forêt et doit souvent la traverser, toute seule, cela va sans dire. Elle a cependant pour interdiction de dévier du sentier lorsqu'elle traverse le bois mais, attirée par la splendeur des fleurs, ici et là, la voilà qui s'égare.

 

Heureusement, elle tombe bientôt sur une maison parfaitement mignonette, dans laquelle elle découvre trois bols de soupe fumante, trois chaises robustes, trois lits dodus... Bref, un intérieur cosy comme on en trouve que dans les vitrines de Comptoir de Famille. La petite squatteuse, après s'être rempli l'estomac, s'assoupit dans un des lits, repue et heureuse. C'est alors que les occupants rentrent chez eux. Et ce ne sont pas 7 nains accueillants empressés de rompre avec leur quotidien, ni une grand-mère friande de galette qui la trouvent là, mais bel et bien trois ours...

 

Un classique, oui! Mais qui n'a pas rêvassé en lisant Boucle d'or et les trois ours?! Ce conte daté du XVIIème siècle, dont on ignore toujours à qui l'attribuer (les frères Grimm ou le folklore écossais) est in-dé-mo-dable! Raconté ici avec simplicité par Rose Celli, nous saluerons particulièrement les illustrations de Charlotte Gastaut. Cette dernière parvient à un véritable mélange des genres, en conférant à ce livre un aspect rétro teinté toutefois d'une modernité certaine.

 

En effet, les motifs se confondent, les carreaux se superposent aux pois, les rayures s'en mêlent et s'emmêlent, les couleurs sont vives... Le tout est très poétique et absolument adéquat, donc, pour cette histoire sans âge ni péremption. A faire découvrir aux tout petits et à redécouvrir soi-même, encore et toujours.