Album de l'absurde : Demain les rêves

Sarah Favaron - 23.09.2016

Livre - crise - espoir - société


Agathe vit chez son Oncle Jean depuis que ses parents sont morts, broyés par les rouages de la société. Un jour, Oncle Jean rentre du travail « la mine défaite. Et des larmes coincées dans son nœud de cravate ». Le chômage l'a attrapé, lui aussi. Honteux et désespéré, il erre dans les rues dans l'espoir de trouver une solution. Dresseur de papillons, cultivateur d'étoiles… Aucun métier ne le fait vivre en ces temps de crise. Alors Agathe, du haut de toute son enfance, part chercher une solution.

 

Demain les rêves est un album déroutant au premier abord, émouvant autant qu'inquiétant. Le sujet est aussi peu engageant que nécessaire. Rarement traité en littérature jeunesse, il n'inspire ni rire ni douceur. Et pourtant, il reflète un quotidien bien réel.

 

Thierry Cazals s'inscrit ici dans la lignée des Grands, de Beckett et d'Ionesco, de ceux qui peuvent mettre en scène l'absurdité du monde. À la manière du théâtre de l'absurde, cet album ne s'attarde pas sur les causes de la crise, mais bien sur les sentiments et le mal-être qui en découlent, sur l'atmosphère qu'elle engendre et sur ses conséquences dans la vie des Hommes. Souligné par le travail onirique et surréaliste de Daria Petrilli, le texte dénonce et fait naître l'espoir.

 

Il y a des albums qui font rire, des albums qui émeuvent, des albums qui racontent des histoires, des albums qui font rêver. Et il y a des albums nécessaires. Ces quelques pages nous renvoient au visage cette réalité que l'on ne voudrait plus voir, mais qu'il est pourtant essentiel de partager avec les enfants.