Altruistes, certes, sauf en famille

Clémence Holstein - 12.09.2019

Livre - Les Atruistes - Rivages Andrew Ridker - rentree litteraire 2019


ROMAN ETRANGER - Arthur, Maggie, Francine, Ethan et tous les autres. Andrew Ridker signa avec Les Altruistes un roman sur une famille sans grand mystère mais bel et bien comme les autres, comme la vôtre. Paradoxale et un peu folle.
 
 

C'est la famille dans son intimité souvent cachée, souvent indécelable de l'extérieur, qui prend dans Les Altruistes le devant de la scène. La famille sans ses couverts sociaux et bienséants. C'est bien cela oui, sans plus aucune bienséance, là où le quotidien et les relations se dédouanent des contraintes. Et aussi parfois de dignité ou de volonté de bien faire. La famille où chacun œuvre à sa survie. Non pas que cet environnement soit si nocif. Non, cette famille est comme les autres. Mais c'est là que les caractères profonds se révèlent.
 
On y retrouve sa propre famille, nécessairement. Pas partout bien évidemment, mais par touches. Certains détails subtils où celui-ci lutte contre la solitude, celle-là contre l'ennui, les autres pour la reconnaissance, etc.  Alors, vous vous en doutez, ce n'est pas toujours beau à voir. Heurtant. Mais réaliste. La solitude, l'ennui, la reconnaissance comme je l'écrivais plus haut, la colère, la trahison, la douleur, l'argent, toutes ces choses qui habitent toute famille.
 
Réaliste, impitoyable, ironique sous des airs de littérature sans prétention. En effet, ce roman ne fait preuve d'aucune grandiloquence et ce n'est pas l'héroïsme flambant qui y est conté. Le petit quotidien des uns et des autres tenus par les liens du sang. Et il est vrai, ces liens ne tiennent parfois apparemment qu'à un fil. Apparemment parce qu'au final ne cèdent pas. Contre toute attente. Mais ne sont-ce pas les attentes que l'on a d'une histoire. Car la vraie vie se passe souvent bien plus de cette manière consensuelle étrange et incompréhensible.

La lecture des Altruistes est fluide, aisée, apaisée. Comme un livre feel good. Paradoxe d'un fond ironique qui prend forme dans une écriture sans embûches. Sans doute l'ironie n'en est-elle que plus intense. Les personnages, en ce sens, ne sont pas réellement attachants, ni d'ailleurs repoussants. Peut-être des anti-héros. L'on cherche un personnage qui vraiment sorte du lot, qui émotionne intensément. En vain. Car est-on dans un roman tel qu'on a l'habitude ? Rien n'est moins sûr.
   
Andrew Ridker prend le parti de jouer avec les repères temporels. Une famille est un nid d'époques qui s'entrelacent. Il en fait son miel en narrant la vie d'une génération puis de l'autre. Il saute de l'une à l'autre, en saute parfois même. Il ne prend pas de gants. Il confronte les temps. Et l'on en conclut inévitablement que ressemblants ou dissemblants, les membres d'une famille sont bien les membres d'un même organisme, qu'ils sont interdépendants.

Que chacun est façonné par l'autre. La notion de génération au sens propre rend tout son sens. Les individus se succèdent, se génèrent physiquement. Ils se créent aussi de parents en enfants et le sens de ce qu'est l'un s'éclaire à la lumière de l'autre. La famille est une machine de générations.
 
Une lecture aux apparences simples mais qui ne laisse pas indifférent. La famille, ses brèches, ses pics et ses chemins tortueux.
 
 
Andrew Ridker, trad. anglais (US) Olivier Deparis - Les Altruistes – Editons Rivages – 9782743648282 - 23€
 

Dossier – Rentrée littéraire 2019 : romans, auteurs et prix
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.