Ami de ma jeunesse : autopsie du temps passé

Victor De Sepausy - 24.10.2019

Livre - Ami de ma jeunesse livre - Amit Chaudhuri - roman critique


ROMAN ÉTRANGER – La classification pour ce qu’elle a de commode — trier, ranger, etc. — se heurte parfois à un bastion de résistance. Avec Amit Chaudhuri, elle se fracasse sur un écueil type glacier dérivant. Avec Ami de ma jeunesse, il aurait souhaité saboter le roman tel qu’on voit le genre s’enliser actuellement qu’il ne s’y serait pas différemment pris. Voyez plutôt.
 
 
Quand un narrateur nommé Amit Chaudhuri nous embarque à Mumbai, sur les lieux de sa naissance, à l’occasion d’une tournée promotionnelle — puisqu’évidemment, ledit narrateur est écrivain — on sourit. La plupart de ses amis d’enfance ont déserté les lieux, ou changé de vie au point de ne plus pouvoir les retrouver. Mais il reste Ramu.
 
Ramu est un junkie, pour le moins sympathique, et accro à l’héroïne, aujourd’hui confiné dans une clinique, pour une cure de désintoxication, quelque temps au moins. En somme, Ramu ressemble au chat de Schrödinger : il est tout à la fois présent et absent. Mais plus troublant, toutes ses apparitions appartiennent au passé — au champ de la mémoire.
 
Chaudhuri, l’auteur-narrateur-double fictionnel, erre dans la ville de son enfance, à la recherche des traces de sa jeunesse, fait des courses pour sa femme et sa mère, qui sont à Calcutta, déjeune avec un représentant de son éditeur, ou réalise une interview avec un journaliste. Lui voyage seul, et les amis qu’il avait sollicités sont peu nombreux à avoir répondu.
 
Et chose plus troublante encore, dans ce lien à la nourriture — Chaudhuri apprécie beaucoup la nourriture parsie — les descriptions sont méticuleuses. Mais la communauté est en train de dépérir, comme si l’alimentation devenait un ultime espace, une survivance. Raison qui pourrait expliquer le mal-être dans cette ville natale. Grandir quelque part et se sentir y appartenir sont deux choses distinctes.
 
Chaudhuri n’a certainement rien inventé, mais il a su renouveler : Ami de ma jeunesse touche à l’autofiction philosophique, dont le style charrie tous les poncifs littéraires pour les briser. C’est toute la nuance entre l’expérience originellement vécue et le souvenir que l’on garde de cette existence qui se mêlent, dans un ouvrage qui traite de rien, et de tout.
 
Il y a ici une sorte de coolitude doublée d’une élégance dont le souci premier est de passer au crible les relations entre ce monde imaginaire et celui authentiquement éprouvé. Au point que l’on ne perçoive plus la combinaison, ou la recombinaison de ces assemblages.
 
Car si Chaudhuri s’est placé au cœur de sa fiction, il en paraît éminemment absent, comme disparu. Fascinant, quand on écoute les propos de l’écrivain de la fiction, expliquant que « l’auteur et le narrateur ne sont pas un. Même si, par coïncidence, ils partagent le même nom. Les opinions, les pensées, les observateurs du narrateur, en particulier de celui-ci, sont les siennes. »
 
Alors entre les lignes on perçoit mieux le projet, et dans ce qui est le septième roman qu’il publie, combien le poids de la réalité lui importe peu. Seul compte le roman, en tant qu’écriture fictionnelle, recomposant jusqu’aux attaques terroristes survenues dans la ville en 2008. Un groupe affilié à Al-Qaïda avait alors perpétré une série d’attentats entrainant la mort de plus de 160 personnes.
 
C’est ainsi que s’écrit la réalité d’une ville, impossible à épuiser, car devenue tentaculaire, mais que l’on se plait à parcourir depuis un microscope, accentuant encore l’effet d’ampleur. Et si Chaudhuri continue d’appeler Mumbai par le nom de Bombay, c’est aussi que ce baptême est dû à la droite nationaliste de Shiv Sena, qui l’avait renommée en 1995.
 
Rien de nostalgique — le narrateur s’en défend. Mais devant l’impossibilité de renouer avec les traces de son enfance, il faut bien quelques amers…

 
Amit Chaudhuri, trad. Simone Manceau — Ami de ma jeunesse — Globe – 9782211300803 – 21 €


Dossier - Rentrée littéraire 2019 : chroniques, auteurs, prix littéraires 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Editeur Globe
Genre : littérature...
Total pages : 164
Traducteur :
ISBN : 9782211300803

Ami de ma jeunesse

de Amit Chaudhuri

Amit Chaudhuri - ou son double romanesque - retourne à Bombay, la ville où il a grandi, pour donner une lecture. Il s'attend, comme à chacun de ses séjours, à retrouver Ramu, son ami d'enfance, avec qui il aime tant sortir et dériver dans la ville. Seulement, après des années d'addiction, Ramu est en cure de désintoxication. Esseulé, Amit Chaudhuri, répond aux exigences de sa mère et de sa soeur qui le mènent notamment à l'hôtel Taj Mahal où a eu lieu la sanglante attaque terroriste en 2008. Construit comme un long plan séquence, Ami de ma jeunesse décrit avec précision et par touches impressionnistes le portrait mouvant d'une mégalopole frappée par la mondialisation puis frappée par les attentats terroristes de 2008. Il faut lire Ami de ma jeunesse comme on verrait un film neo-réaliste italien tant la réalité y est regardée sous toutes ses coutures.

J'achète ce livre grand format à 21.00 €