Ana ou la jeune fille intelligente, de Catherine Benhamou, un bijou

Audrey Le Roy - 28.03.2016

Livre - fille intelligente - féminisme société


« Au cours d’écriture, on fait un exercice.
La professeure dit un mot, elle l’écrit au tableau et elle demande :
Avec les lettres de ce mot qu’est-ce qu’on peut faire comme autre mot
?
Elle dit : Par exemple prenons le mot MARIAGE.
– RAGE
! j’ai dit tout de suite ça m’est sorti comme ça sans réfléchir. »

 

 

 

Hier.
Ana a 15 ans, elle rentre de l’école, elle vit dans un petit village du pourtour méditerranéen. Ana est surprise, c’est la fête au village, sa mère a mis sa plus belle robe, sur les tables c’est un vrai festin et puis il y a des cadeaux aussi. Ana est perplexe, pourquoi cette liesse
? Tonton est revenu.  

« Mais bien sûr, toi tu ne dois pas l’appeler Tonton
! »

Ana a 15 ans, elle rentre de l’école pour apprendre qu’elle va devoir abandonner son cartable pour se marier à un homme qu’elle ne connaît pas et qui va l’emmener vivre en France. Ana a 15 ans, Ana n’a pas le choix. 

 

Aujourd’hui.
 

« Tout laisser en plan, ouvrir la porte, descendre l’escalier, marcher jusqu’au métro, prendre le métro et aller voir la tour Eiffel.

Quand j’arrive jusqu’au bout de l’Idée c’est-à-dire jusqu’à la tour Eiffel, alors je pense : Comment
?
Comment faire puisque je ne sais pas lire
? »

 

Cela fait vingt ans qu’Ana est en France. Elle ne travaille pas, elle a élevé ses enfants et elle s’est occupée de son mari… c’est déjà un travail en soi.
 

Ana semble avoir survolé sa vie, d’ailleurs elle n’en parle pas, ou à demi-mot.


Ana semble être résignée : « Je ne l’ai pas choisi, mais maintenant que je l’ai, ça va, je me suis habituée. » Et pourtant Ana est en proie à cette idée fixe, se rendre seule au Trocadéro voir la tour Eiffel. 

 

Les mariages forcés, il en est beaucoup question ces dernières années, comme de tout ce qui touche aux libertés de la femme.


Il faut en parler, il faut faire changer les mentalités, mais sans devenir des donneurs de leçons drapés dans une pseudo-modernité. J’ai connu une tante qui n’a pas pu épouser l’homme qu’elle aimait, c’était en France, en Seine et Marne et c’était il y a moins de quatre-vingts ans.
 

Parler, aider : Oui.
Donner des leçons : Non
!


Et c’est en cela que ce livre est magnifique. L’écriture de Catherine Benhamou, auteur de ce petit bijou intitulé ANA ou la jeune fille intelligente publié aux Éditions des Femmes, ne juge pas, ne condamne pas, ne donne pas de leçons, elle fait rire parfois, elle touche… souvent! Elle est sincère et le message passe.

 

Cette histoire, c’est en partie l’histoire de sa grand-mère, « elle avait été une jeune fille intelligente, mariée par ses parents à un homme qu’elle ne connaissait pas, au début du siècle dernier, dans son village en Algérie. »
 
Et aujourd’hui

 

Ana ou la jeune fille intelligente également à l’Artistic Théâtre jusqu’au 17 avril 2016. 


Pour approfondir

Editeur : Des Femmes
Genre : theatre
Total pages : 70
Traducteur :
ISBN : 9782721006523

Ana ou la jeune fille intelligente

de Catherine Benhamou

" Et la RAGE est montée Tout est devenu rouge, les murs du supermarché, les panneaux des publicités. L'air était rouge. Je n'y voyais plus rien. J'ai laissé le caddie faire la queue tout seul, et je me suis dirigée dans le rouge vers la sortie. Je devais avoir l'air d'une folle, parce que les gens s'écartaient sur mon passage ! Et sans m'en apercevoir, je suis arrivée au métro. J'avais mes 23 cailloux prêts dans ma poche pour le jour où ça arriverait. Je savais bien que ça viendrait sans prévenir. C'est comme ça la rage. Quelques jours avant, j'avais demandé à la professeure : Combien il y a de stations de métro pour aller à la Tour Eiffel ? Elle a regardé sur son plan et elle a dit : Il y en a 23. Elle a vérifié : 23 pas une de plus. J'ai ramassé 23 cailloux dans les allées du square. " C.B. " ANA ou la jeune fille intelligente est une fiction. Elle m'a été inspirée par les ateliers que j'anime depuis plusieurs années avec des groupes de femmes en alphabétisation. Dans ces ateliers, on s'intéresse aux mots, on joue avec eux, on les apprivoise, on les écoute ; ils nous entraînent dans des histoires, des voyages. Les personnalités de ces femmes, leur état d'enfermement, de dépendance, le silence auquel elles se trouvent réduites, leur courage, leur volonté de s'en sortir, ce qu'elles m'ont livré d'elles à travers les exercices, tout cela m'a inspiré le personnage d'Ana, qui parvient à changer sa vie grâce aux mots. Une fois le texte écrit, mon oncle, venu voir le spectacle au théâtre, m'a dit, très ému, que j'avais écrit l'histoire de ma grand-mère. " C.B., extrait de la postface. ANA ou la jeune fille intelligente a été créée au Théâtre de l'Opprimé à Paris le 20 mars 2013 dans une mise en scène de Ghislaine Beaudout.

J'achète ce livre grand format à 10 €