Appia, tout le chemin pour parler de Rome

Mimiche - 29.10.2019

Livre - Via Appia Rome - recit de voyage histoire - empire romain Italie


RÉCIT ETRANGER - Un peu plus de six cents kilomètres entre Rome et Brindisi (au niveau du talon de la botte italienne, dans les Pouilles) et un peu moins de trente journées de marche avec des ampoules aux pieds malgré de bonnes chaussures. Une équipe réduite à quelques amis (s'ils ne l'étaient pas complètement au départ, aucun doute que la route les a conduits à un tel état) périodiquement rejoints par des admirateurs, des passionnés qui ont voulu partager au moins une partie de leur périple. Lequel, par le bouche-à-oreille, a généré une publicité précédant les marcheurs tout au long de leur chemin.
 
 

Des rencontres admirables avec des hommes et de femmes qui le sont tout autant, des repas pantagruéliques à la gloire de la cuisine italienne, des vins d'exception partagés un peu partout avec des amis d'un jour devenus pour toujours, des paysages magnifiques, des colères folles devant les obstacles anthropiques (clôtures, carrières, privatisations diverses, destructions, …) parsemant un tracé repéré, identifié, piqueté sur carte avant le départ et contrôlé, pendant le trajet, par GPS.
 
Non, ce n'est pas une randonnée banale que Paolo Rumiz a entreprise, sac au dos, à plus de soixante-huit ans, et dont ce livre est le récit.
 
C'est quelque chose d'immense, d'archéologique, d'historique, de mémoriel, de philosophique, de politique, de touristique, d'humaniste, de gastronomique, de journalistique, d'emblématique !!!
 
C'est tout simplement la redécouverte, à pied, de la Via Appia sur tout son tracé depuis « la Dominante » (Rome) jusqu'au port de Brindisi aux portes de la Mare Nostrum : la première des routes essaimant de Rome. Celle descendant vers le sud. Construite par les ingénieurs romains il y a deux millénaires. Un axe de circulation qui a vu passer les légions dans un sens et les vaincus dans l'autre, « et les esclaves crucifiés. Pour la seule révolte de Spartacus, il y en eut six mille ».
 
Car contrairement aux chemins de Compostelle que Paolo Rumiz ne manque pas de railler sur ce point, c'est un chemin qui était conçu pour être fait dans les deux sens. Pas seulement dans un !
 
Et s'il apparaît aujourd'hui malmené en beaucoup d'endroits (depuis peu d'années, d'ailleurs, rapport à son âge vénérable), il y a encore ici et là des traces qui, après ces deux millénaires, sont encore largement présentes pour nous convaincre, s'il en était besoin, de la formidable machine à bâtir qu'était la civilisation romaine (« Rome dont l'architecture et la cruauté n'ont jamais été dépassées »!) : plus de six cents kilomètres de basoli, ces pierres volcaniques d'environ cinquante centimètres par cinquante centimètres. Plus de quatre cents miles romains ponctués de pierres miliaires, souvent escamotées aujourd'hui à des fins personnelles, qui jalonnaient tous les mille pas (des pas de deux enjambées !) la marche des légionnaires.
 
Une véritable expédition menée pour convaincre l'Italie et les Italiens que leur trésor n'est pas le seul Colisée, que leur pays regorge d'autres merveilles au moins aussi importantes, telle la Via Appia et tous les vestiges qui ponctuent son tracé.

Trop souvent recouverte par de l'asphalte qui sent fort magouille et corruption – lui, il n'a aucune chance d'être encore là dans deux millénaires et, d'ailleurs, il est déjà la plupart du temps en très mauvais état même si les bâtisseurs d'aujourd'hui, en la recouvrant, rendent justice aux bâtisseurs d'alors quant à la qualité des fondations de l'ouvrage et du choix de son tracé –, la Via Appia est une relique qu'accompagnent de loin en loin d'autres merveilles que des passionnés (souvent bénévoles), archéologues locaux, tentent de faire vivre. Survivre ! Alors que l'État ouvre des chantiers qui ne sont que des coups d'épée dans l'eau, bien vite refermés et interdits au public, mais dont les dépenses ne sont pas perdues pour tout le monde.
 
C'est une litanie, pas après pas, de malversations qui émaillent le récit : gabegies diverses, incurie systématique, détournements généralisés, confiscations privatisées, illégalités récurrentes. Et tout cela dans la plus avérée, connue mais remisée sous le tapis, des impunités.
 
L'Appia, c'est « la plus grande ligne droite » d'Italie (du monde?). Une œuvre monumentale avec des ponts dont les arches persistent encore parfois, des opus reticulatum encore visibles ici ou là. Une obstination du plus court chemin entre deux points, avec partout des antiquités « dont on ne sait plus quoi faire » car quelques monstres nationaux plus ostensibles, tels le Colisée pour ne citer que lui, accaparent trop de ressources.
 
Une route qui, à pied, entend progressivement évoluer la langue, le vocabulaire, les accents, … (n'approche-t-on pas de la Grèce?) témoignage d'une juxtaposition, d'une succession, d'un assemblage insensé de peuples divers venus, époque après époque, de tous les horizons et de toutes les religions. Ces dernières s’accommodant jusqu'à très récemment, de la survivance de rites païens immémoriaux !
 
Un récit magique où toutes les digressions introspectives ou communicatives qu'autorisent la marche et les étapes, sont permises dans une langue ouverte, légère, admirative, sérieuse, outrée, coléreuse parfois, mais passionnée et passionnante.
 
Un regret, la dernière page de ce livre tournée : celui d'être certainement passé, tant l'ouvrage est dense, à côté de tout un tas de références culinaires (!!!), œnologiques (!!!), historico-culturelles (je n'ai pas, et de loin, la culture de Paolo Rumiz), ou géographiques – dommage qu'aucune carte, aucun plan, même général, n'accompagne la description de ce voyage dans le passé, le présent et, espérons-le pour la Via Appia, l'avenir de cette route dont il n'est pas abusif de penser qu'elle est aussi contributrice à notre civilisation.
 
 
Paolo Rumiz, trad. italien Béatrice Vierne - Appia – Arthaud – 9782081383852 – 22.50 €

 


Commentaires
Livre étourdissant, il m'a donné envie de faire la via Appia dès le printemps 2020.

Mais, j'ai été incapable de télécharger les tracés GPS des 29 étapes, ni la table des 31 endroits névralgiques du parcours!

Pouvez-vous me donner le chemin d'accès complet à partir di site www.feltrinellieditore.it
J'ai aussi essayé de récupérer le tracé de la Via Appia mais je n'ai rien trouvé d'accessible.

Le mieux que j'ai pu faire a été de suivre approximativement le cheminement des marcheurs par GoogleMap au fil des pages. Pas glorieux, j'en conviens.

Et insuffisant pour envisager un voyage réel.

Désolé
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Arthaud
Genre : littérature...
Total pages : 514
Traducteur :
ISBN : 9782081383852

Appia

de Rumiz, Paolo

" De notre aventure, je ne sais pas ce qui est resté le plus clairement imprimé dans mon esprit : les visages ou les paysages, les pierres que nous avons vues ou les atmosphères que nous avons flairées en chemin. Ce qui est sûr, c'est que ce voyage a été le plus terre à terre et en même temps le plus visionnaire de tous ceux que j'ai faits. Tandis que le poids de mon sac à dos m'ancrait fermement au sol, ma tête vagabondait parmi les nuages, à la manière d'un cerf-volant, et en même temps la bonne chère méditerranéenne provoquait d'appétissants courts-circuits avec l'Histoire ".

J'achète ce livre grand format à 22.50 €