Ascension de la face nord de l'enfer, à travers le Mississippi

Victor De Sepausy - 25.02.2019

Livre - histoire racisme Amérique - Mississippi malédiction noirs - famille souffrances territoire


ROMAN ÉTRANGER – Rarement un adolescent de 13 ans est confronté à de si lourdes responsabilités. Fils d’un blanc et d’une noire, il a été éduqué par ses grands-parents maternels, qu’il aime plus que tout. Et sa sœur Kayla, âgée de 3 ans. Entre eux, une mère toxicomane qui prétend être en mesure de s’occuper d’eux. Mais à chaque crise, le danger s’approche.


 

La mort est omniprésente ici : le livre s’ouvre et s’achève avec elle. C’est en aidant son grand-père à tuer une chèvre que Jojo la découvre. Mais également à travers le cancer dont est atteinte Mam, sa grand-mère. Leonie, une mère vivante, mais déjà morte frappée par la drogue, et terriblement dépendante. 

Le chant des revenants raconte l’histoire d’une famille, hantée par deux fantômes, partie dans un voyage, un road trip qui n’a rien de ceux de la Beat generation. On traverse un passé écrasant.

Tout commence à Bois Sauvage, ville fictive du Mississippi, située sur la côte. Jojo et sa sœur ont été recueillis par leurs grands-parents. Une seule famille, parce que la partie blanche n’a jamais accepté la naissance d’un enfant presque noir. D’ailleurs, son père, Michael, a été expédié dans un pénitencier, connu pour sa violence. Entre une femme absente, devenue mère à 17 ans, au comportement erratique, et un père condamné, Jojo se retrouve chef de famille.

Mais si un grand-père sait tuer une chèvre, sans trembler, à 13 ans, le geste est plus fragile – Jojo finira par vomir dans l’herbe. L’odeur est insoutenable. 

Leonie, elle, n’attend que la sortie de prison de son homme : proche, très proche. Et pour le retrouver plus vite, elle prend ses enfants et la voiture pour remonter vers le nord afin d’aller à sa rencontre. Une odyssée faite de stations essence, d’enfants maltraités, de banalités… Et au retour, c’est sans trop d’étonnement que l’on suit le policier qui arrête cet étrange équipage et découvre de la méthamphétamine. 

La critique a rapidement retrouvé dans le livre de Jesmyn Ward cette référence, ou inspiration, du roman de Faulkner, Tandis que j’agonise. Un texte à la première personne, l’histoire d’une famille rurale et pauvre, qui partait en charrette — le cercueil en moins dans le récit de Ward. Encore que…

C’est aussi un écho fort au Pulitzer de Colson Whitehead, Underground Rail. Mais ici, on n’échappe ni au racisme ni à sa condition — et il n’y a aucun territoire plus lointain qui serait salvateur.

Cette vision du Mississippi ressemblerait à un cercle de l’Enfer dantesque : une prison dont nul ne s’échappe, contaminée par l’environnement, la nourriture autant que l’air. L’esprit s’y trouve brisé, incarné comme le corps de Michael dans le pénitencier. 
 
La prose de Ward passe du regard de Jojo à celui de sa mère, dont chacun raconte l’injustice qui s’est abattue sur une famille détruite. Chacun tente de se prémunir de la foudre, espérant qu’elle finira par se lasser de tomber toujours au même endroit. Un style malgré tout poétique — une grande traduction de Charles Recoursé : on imagine la difficulté que présente le texte originel ! — et un ouvrage qui, au-delà de l’aigreur et de l’amertume, contient une grande part de tendresse. 

Ambitieux, incontestablement, le récit de cette famille nous frappe depuis son Mississippi lointain. Parce qu’entre réalisme et magie — vaudou ? — les voix portent leurs souffrances par-delà l’océan. 



Jesmyn Ward, trad. Charles Recoursé (anglais) – Le chant des revenants – Belfond – 9782714454133 – 21 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Belfond
Genre :
Total pages : 270
Traducteur : charles recoursé
ISBN : 9782714454133

Le chant des revenants

de Jesmyn Ward

Dans le Mississippi, de nos jours.A treize ans, Jojo essaie de comprendre : ça veut dire quoi, être un homme ? Non pas qu'il manque de figures masculines, avec en premier chef son grand-père noir, Pop. Mais il ya les autres, plus durs à cerner : son père blanc, Michael, actuellement en détention ; son autre grand-père, Big Joseph, qui l'ignore ; et les souvenirs de Given, son oncle, mort alors qu'il n'était qu'un adolescent.

J'achète ce livre grand format à 21 €