Au royaume des sourds, les aveugles sont des monstres

Auteur invité - 27.02.2019

Livre - Jan Karski Raphael Lemkin - génocides XXe siecle - Fayard Histoire Shoah


ESSAI HISTOIRE - À qui Barack Obama a-t-il décerné en 2012 la médaille présidentielle de la Liberté, la plus haute récompense civile américaine ? Au « Juste parmi les nations », le lanceur d’alerte Jan Karski. L’homme qui dénonça dès 1943 les camps de la mort nazis et qui ira demander à Roosevelt, sans succès, de sauver les juifs d’Europe.
 

Dans Messagers du désastre, Annette Becker, historienne des mémoires et des refoulements de la Première Guerre mondiale, analyse en profondeur le mécanisme du refus des Alliés de voir et de prendre en compte l’innommable, l’inimaginable et l’indescriptible, la Shoah.

Karski, le jeune résistant polonais catholique, ne fut pas le seul à témoigner sur l’extermination. Il y eut aussi Raphael Lemkin, juriste juif polonais qui « inventa » le mot de génocide en 1943 et se battit pour que, au procès de Nuremberg, il fût retenu parmi les chefs d’accusation alors que c’est le concept de crime contre l’humanité qui prévalait dans le droit international.

C’est aussi Lemkin - l’homme dont la famille entière fut assassinée en 41/42 à Treblinka - qui fit voter en 1948, par l’Assemblée générale des Nations unies, la « Convention pour la prévention et la punition du crime de génocide ».

Pourquoi le message de ces deux polonais fut-il alors inaudible ?

Cette question traverse tout l’ouvrage d’Annette Becker qui se conclut avec le génocide des Tutsis du Rwanda. Donnant raison à Lemkin qui insista jusqu’à sa mort en 1959 pour que la notion de génocide ne soit pas uniquement rattachée au passé nazi.

Il n’est pour s’en convaincre que de se rappeler que le premier génocide de l’histoire ne fut pas celui des juifs, mais des arméniens, les turcs précédant les nazis dans l’horreur. « Tout se passe comme si la plupart des hommes circulaient les yeux à demi fermés au milieu d’un monde extérieur qu’ils dédaignent de regarder », nous disait déjà en 1921 l’historien Marc Bloch.
 

FRANÇOISE OBJOIS
   
 
 


Annette Becker – Messagers du Désastre – Fayard - 9782213666556 – 20.90 €
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Fayard
Genre :
Total pages : 286
Traducteur :
ISBN : 9782213666556

Les messagers du désastre

de Annette Becker(Auteur)

Dès 1941, une poignée d'hommes, dont Raphael Lemkin, un juriste juif, et Jan Karski, un catholique résistant, perçurent l'ampleur de la destruction des Juifs au sein des crimes de la Seconde Guerre mondiale. Mais ils ne rencontrèrent qu'incompréhension et rejet. Forte de son regard de spécialiste de la Grande Guerre, Annette Becker éclaire d'une façon inédite l'un des points les plus sensibles de l'histoire : comment convaincre de l'impensable ?

J'achète ce livre grand format à €