medias

ROMAN FRANÇAIS – Un titre laconique pour un récit d’une intensité déroutante, qui met en exergue la rigidité du système judiciaire et pénitentiaire français face aux vies qu’il écrase dans son fonctionnement quotidien. Ce pirate, c’est Fahran Abchir Mouhamoud, qui participa en 2011 à l’abordage d’un navire de plaisance français. Capturés par la marine espagnole, les sept Somaliens sont jugés à Paris.




 

Commise d’office, Élise Arfi a la charge de sa défense. Pendant plusieurs années, elle assiste à la descente aux enfers de son protégé, dont elle tire un récit poignant.
 

Fahran ne sait pas où situer la France, c’est pourtant là-bas qu’il est jugé. La France, à l’inverse, lui dénie son identité – c’est sous le nom de X SD (se déclarant) – qu’il est connu administrativement – et certifie de sa majorité sur la base d’examens d’âge osseux (pratique aujourd’hui contestée). Emprisonné en attendant son procès, ne parlant pas la langue et ne disposant d’aucun soutien local, l’adolescent voit son état de santé se dégrader rapidement. Élise Arfi et son interprète, Monsieur K., se démènent pour attirer l’attention de l’administration pénitentiaire en sa faveur. 
 

Las, Fahran subit le froid et la faim, la promiscuité dans un environnement violent, reçoit des coups au cours de son séjour dans diverses prisons et hôpitaux psychiatriques. Une ablation du poumon, réalisée pendant qu’il était inconscient, le fait basculer dans la paranoïa et il tente de se suicider à plusieurs reprises.

Sans s’attaquer frontalement au système carcéral français, l’avocate peint le tableau de sa violence ordinaire, évoque le dédain que peuvent recevoir ceux qui le subissent. À l’heure où le Genepi lutte pour continuer d’accéder aux prisons, ce témoignage prend tout son sens.
 

Mais il est pourtant coupable, dira-t-on. La justice peine pourtant à le prouver. Le procès constitue l’acmé du récit : partie civile et accusés se font face, la première tentant de faire son deuil par l’établissement des faits tandis que les seconds mettent l’accent sur la situation humanitaire dramatique de la Somalie, à même d’expliquer l’acte des pirates. 
 

Prolétaires du crime, les Somaliens écopent de peines très lourdes : entre 20 et, pour Fahran, six années d’emprisonnement. Élise Arfi, en quelques phrases aiguisées, résume la triste réalité de ce procès : des hommes blancs, riches et éduqués, qui condamnent à l’aune de leurs propres lois des habitants du Tiers Monde, pour garantir leur propre liberté d’aller naviguer où bon leur semble. L’ouvrage de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, tout juste réédité, apportera un contrepoint théorique appréciable quant à l’importance pour la légitimité de l’État de cette capacité à juger les individus.
 

Dans ce court récit, les années qu’Élise Arfi passe au chevet de son client sont fiévreusement condensées, au rythme d’un film en huis clos. Outre la souffrance de l’adolescent, l’autrice dévoile sa propre rancœur face à l’administration pénitentiaire, l’emprise qu’exerce cette affaire sur sa vie personnelle et la violence des sentiments contrastés qu’elle a pu éprouver envers Fahran. Écrire cette histoire était, pour elle comme pour lui, la condition de son dépassement. 
 

On en finira par se demander si le texte ne parle pas autant de la défenseuse que du pirate. Ses doutes, l’angoisse de la plaidoirie, son abnégation sont autant d’éléments qui alimentent le topos de l’avocat qui, face à l’immobilisme et aux pesanteurs d’un appareil indifférent, voire hostile, mène la bataille de la justice et de l’humanité. 

 

 

Elise Arfi – Pirate n°7 – Anne Carrière – 9782843379253 – 15 €




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Anne Carriere
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782843379253

Pirate n°7

de Arfi, Elise(Auteur)

En 2011, Fahran participe à une opération de piraterie au cours de laquelle un navigateur français est tué et sa femme prise en otage. Miséreux parmi les miséreux, âgé de 16 ans, le Somalien était censé gagner cent euros dans l'affaire ou courir un risque mortel s'il refusait d'y participer. Capturé avec ses complices, il est arraché à sa terre natale pour être jugé en France, contre toute logique judiciaire. Il est incapable de prouver son âge ni son identité. Il ne comprend pas un mot de français et pas grand-chose aux faits qui lui sont reprochés. Il encourt vingt ans de réclusion criminelle. Durant quatre ans, de cellule en hôpital psychiatrique, Fahran vit un enfer. Au déracinement culturel, affectif, à la barrière de la langue qui l'isole, à l'absence totale de ressources pour cantiner s'ajoutent des maltraitances. Comble de cruauté, on lui enlève un poumon sans le prévenir. Fahran sombre dans la démence. Il commet plusieurs tentatives de suicide. Durant quatre ans, son avocate, commise d'office, s'efforce de garder Fahran en vie. Cet objectif tourne à l'obsession. Provoquant chez elle découragement, culpabilité et envie d'en découdre, ce dossier au long cours la renforce et l'affaiblit tour à tour. Le sort pathétique de Fahran l'oblige à affronter rudement les autorités en charge du dossier : magistrats, administration pénitentiaire, médecins. A ouvrir les yeux sur un système coercitif qui fabrique des fous. A interroger sa vocation. Pirate n° 7 n'est pas l'histoire d'un crime horrifiant, ni un discours militant sur la machine judiciaire, c'est le huis-clos éprouvant, révoltant, parfois drôle, entre une avocate et son client. A l'instar des jurés lors du procès, le lecteur se laisse bientôt surprendre par la compassion. A mille lieues de son quotidien et de sa confiance dans la justice, il découvre, grâce au grand talent d'Elise Arfi, une fraternité possible avec un jeune prisonnier somalien.

J'achète ce livre grand format à 15 €