Azolla de Karine Bernadou : une perle à l’esthétique gothique

Anahita Ettehadi - 30.05.2016

Livre - Azolla Karine Bernadou - perle esthétique gothique - conte macabre érotique


Azolla, réalisé par Karine Bernadou, est un somptueux roman graphique muet paru aux éditions Atrabile en mai 2016. Un conte macabre et érotique mettant en scène l’abandon, l’amour, la folie… 

 

 

 

Azolla vit sur un petit nuage avec l’élu de son cœur. Chaque matin, dès l’aube, son compagnon part à la chasse ramener le gibier. La jeune femme attend impatiemment son retour en lui mitonnant de bons petits plats avec amour. Résidant en pleine forêt, le couple se passe volontiers de la compagnie des autres villageois tant leur relation est fusionnelle et passionnée.

 

Seulement, un beau jour, Azolla ne voit pas revenir son bien-aimé. Elle patiente jusqu’à la nuit tombée, mais toujours aucun signe de lui. Seule dans sa grande demeure, elle croit devenir folle. L’attente est une véritable torture. Azolla se ronge les sangs. Pourquoi l’a-t-il donc abandonnée ? Ne l’aime-t-il plus  ? Lui est-il arrivé malheur  ? 

 

Submergée par la peur et le chagrin, Azolla sombre dans un sommeil peuplé de rêves étranges. Elle se sent comme amputée depuis le départ soudain de son cher et tendre. Sa démence grandit, grossit, telle la plante aquatique dont elle tire le nom. Elle se languit de lui, et cette attente insensée, insupportable, va changer sa nature profonde et l’amener à commettre des atrocités… 

 

À mi-chemin entre La Barbe-Bleue, Raiponce et Le petit poucet, Karine Bernadou envoûte le lecteur par son trait expressif et voluptueux, rehaussé par des bleus et rouges électriques. Elle façonne un univers sauvage – des décors marins inquiétants, des bosquets à la flore et la faune hostile – empli de chimères, où la frontière entre cauchemar et réalité est si tenue que l’on ne peut la distinguer.

 

Ses aquarelles n’ont besoin d’aucune parole, le visage des protagonistes parlant d’eux-mêmes  ; l’auteure passe de la joie à la douleur, de la surprise à l’effroi avec tant de spontanéité, de simplicité, que c’en est déroutant. 

 

Karine Bernadou reprend à merveille les mots d’André Giroux  : « L’enfer, c’est l’attente sans espoir. » ; elle excelle dans sa façon de représenter la souffrance de la solitude, le désespoir d’un amour brisé, à travers des scènes tantôt tendres et grotesques, tantôt mystérieuses et sanglantes.

 

Elle évoque avec force et sensualité le désamour, la désillusion, l’espoir, qui dévore la personne amoureuse priant pour le retour de l’être aimé. Azolla est une fable sombre et tragique où chacun va se retrouver, se remémorer une peine de cœur. Azolla est une lecture silencieuse qui envahit et habite l’esprit, tel un fantôme du passé dont on ne parvient pas à se défaire… 

 

Une perle à l’esthétique gothique qu’on ne se lasse pas de contempler. 

 


Pour approfondir

Editeur : Atrabile
Genre : bandes dessinees...
Total pages : 120
Traducteur :
ISBN : 9782889230457

Azolla

de Karine Bernadou

Seule dans sa demeure, bien trop grande, bien trop vide, Azolla vit des heures sombres; l'être aimé est parti et l'attente est longue, trop longue... Oubliée, Azolla, abandonnée, ou pire? Que peut-elle faire quand l'espoir lentement s'amenuise et que des rêves bien sinistres envahissent ses nuits... Se diviser, se multiplier, ou, comme une irrépressible faim devenue femme, se transformer en mangeuse d'hommes? Karine Bernadou nous plonge ici dans un univers ouvertement fantastique, un univers où réalité et rêve se percutent et se mélangent sans cesse, un monde dont les tenants et les aboutissants se prêtent bien plus aux interprétations qu'aux explications. Bien que dénué de texte, le livre se lit et se vit avec une intensité folle, et cela grâce au travail impressionnant réalisé par Karine Bernadou - un travail à l'aquarelle, non seulement incroyablement efficace dans sa narration, mais d'une recherche et d'une beauté formelles subjuguantes - on ne plaisante pas!

J'achète ce livre grand format à 23.50 €