Bilan annuel 2011/2012

Les ensablés - 01.11.2012

Livre


Chers lecteurs, Il y a deux ans, presque jour pour jour, le blog "les ensablés, survivre en littérature"grâce au soutien d'Actualitté.com, voyait le jour. Il y a un an, en octobre 2011, je tirais un premier bilan prometteur. A ce moment-là, 14000 visiteurs m'avaient lu. Nous en sommes actuellement à 42000, soit 28000 visiteurs de plus en 2011. Soyez remerciés. Cela m'encourage à poursuivre mon entreprise de travaux publics: le désensablement d'auteurs injustement oubliés. Je ne suis plus seul. Comme je l'avais souhaité, quelques lecteurs du blogue ont bien voulu m'adresser des articles sur des auteurs méconnus qu'ils aimaient. Je ne peux que vous demander de continuer. L'entreprise en vaut la peine. Nous pouvons constituer peu à peu une somme importantes de documents, de sources. Il y a tant encore à dire. Désormais, à côté de mes articles, deux auteurs collaborent à mon entreprise de manière régulière: Denis Gombert et Laurent Jouannaud. Ce dernier continue mois après mois à relire pour nous les grands classiques. Denis, lui, déniche des ensablés: récemment Huguenin, Marceau. Je signale à ceux qui découvriraient ce blogue qu'en cliquant sur le mot clé "les ensablés" ils pourront avoir la liste des auteurs ensablés qui ont été abordés. De temps en temps, je continue à grogner dans mes articles d'humeur, et j'ai profité, bien entendu, de ma petite audience pour vous parler de mon roman "Les choix secrets", paru il y  deux mois. Grâce à ce roman, j'ai pu voyager et rencontrer des lecteurs. J'ai pu me rendre compte aussi de l'importance des libraires, de leur travail formidable pour que les auteurs contemporains, noyés dans la masse, écrasés par les vedettes, ne soient pas ensablés avant même d'être nés. A ce jour aucun article n'a paru dans la presse à propos des "Choix secrets". Mais grâce aux libraires, mon livre est lu. Si la presse se tait, les articles sur mon roman fleurissent sur la toile, ce qui me console. Je ne me décourage pas. L'écriture est ma raison de vivre. Je suis en train d'écrire un nouveau roman, très différents des deux autres publiés, et je ne désespère pas d'être un jour l'autre lu par un plus grand nombre. Et puis il y a ce blogue, cette mission qui me tient et qui me procure tant de plaisirs. Chers lecteurs, merci encore de vos visites.