Black Out, sur les traces du tueur en série

Nicolas Gary - 10.09.2018

Livre - Black out Delarue - Los Angeles Plein Jour - Plein Jour RL 2018


RÉCIT DOCUMENTAIRE – Parler des populations pauvres — comprendre, principalement afro-américaines — de Los Angeles n’est pas un sujet porteur. Pas plus quand un tueur en série sévit dans South Central. Ancien quartier avec une communauté vivante, il fut défiguré par le commerce du crack dans les années 80. Enquête entre passé et présent, Black Out de Cecile Delarue fait parler ses victimes.

 

 

Pour Cécile Delarue, l’enquête fut un défi, celui d’une journaliste pigiste qui cherchait à concilier le plaisir et le travail. Partie pour Los Angeles avec un homme qu’elle avait rencontré, la journaliste tombe, presque malgré elle, sur un sujet : l’histoire du tueur en série Grim Sleeper.

 

« Moi, je faisais confiance à la police, maintenant c’est compliqué. Ce n’est pas parce que tu viens d’un autre quartier que ta vie a moins de valeur », lui confiera une proche de victime.

 

Grim Sleeper, le surnom donné par la presse, quand l’affaire sortira enfin, c’est un croisement entre Grim Reaper — aka La Faucheuse — et le silence dont le tueur fit preuve : plusieurs années durant, il resta en sommeil. Avant de frapper de nouveau.

 

Comment un quartier, même de super agglomération, peut-il abriter un serial killer sans que la police ne s’en préoccupe outre mesure ? Hollywood ou Berverley Hills, loin du strass et des paillettes, entre désintérêt policier et désespoir des familles, c’est un visage méconnu de la Cité des Anges qui se dessine.

 

Romanesque, certes, ce récit plonge dans une investigation qui tient du documentaire, avec une approche journalistique constante. Recouper les éléments, interroger les familles de victimes, Cécile Delarue part sur les traces d’un meurtrier qui aura fait 17 victimes. Au moins.

 

En 2010, quand elle débarque, l'arrestation de Reaper est récente. Mais qu’en est-il de ces femmes mortes sous le coup d’un assassin qui aura sévi entre 1985 et 2007, en toute impunité ? Ce bon voisin, presque prévenant, n’aura jamais attiré l’attention. Il n’est d’ailleurs pas seul : à South Central, on compterait probablement cinq ou six autres meurtriers — comme l’Amérique aime à les redouter.

 

Récit passionnant, aux accents de polar, Black-out raconte donc les disparues de South Central : avant tout, s’intéresser aux femmes, à la pauvreté qui induit des services de l’ordre négligents. Et les parents, désemparés en apprenant la mort de leur enfant, sans qu’aucun suivi ne soit assuré ni aucune information communiquée.

 

La mort brutale et violente pour chacune, mais surtout l’étrange cohabitation entre deux mondes qui s’ignorent. Il faut se souvenir également de l’affaire Rodney KIng, qui se déroula dans le quartier, des milliers de blessés, une soixantaine de morts, et des arrestations sans fin.

 

Plus que la construction d’un texte, c’est la consternation qui saisit le lecteur. Et pourtant l’on sait depuis bien longtemps que, selon qu’on soit puissant ou misérable, les jugements de cour nous font blanc ou noir. Les quartiers de LA aussi. Avec plus de conséquences encore.

 

 

Cécile Delarue — Black-out — Editions Plein jour — 9782370670366 – 19 €
 

Rentrée littéraire 2018 : les fashion weeks du libraire




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.