Books by Women : Daisy Johnson, Alexandra Koszelyk, Catherine Ocelot

Auteur invité - 15.11.2019

Livre - Daisy Johnson - Alexandra Koszelyk - Catherine Ocelot


Trois années de newsletter, et le temps peut sembler un peu long. Elsa, libraire partenaire de ActuaLitté nous régale de ses critiques Bookw By Women depuis fort longtemps. Et voici que la rejoint dans l’aventure Elura, pour plus de livres à découvrir, toujours sur le même principe : des textes uniquement écrits par des femmes. 

Et la première recommandation sera celle de Daisy Johnson, rien de moins.


 
 

Daisy Johnson - Tout ce qui nous submerge

 
C’est un conte tout aussi perturbant qu’envoutant. 
 
Une histoire de famille qu’on a cherché à noyer dans les eaux angoissantes d’une rivière, là où personne ne souhaite s’aventurer par peur du Bonak, étrange créature aquatique qui charrie dans son sillage les peurs et les douleurs. Nous sommes dans l’Oxfordshire et Gretel, abandonnée à l’âge de seize ans, recherche sa mère Sarah. Son but n’est pas de renouer le lien ou de rattraper le temps perdu non, simplement savoir pourquoi. Pourquoi avoir disparu sans laisser de traces, et reconstituer les pièces du puzzle de l’enfance.

Avec Tout ce qui nous submerge, Daisy Johnson nous parle de femmes liées par le destin, semblables à des cours d’eau condamnés à se réunir dans une mer/mère commune. 


 
Assez déstabilisant de prime abord, du fait de son absence d’indication de temps et de sa narration chorale, c’est un texte haletant dans lequel on prend plaisir à retrouver les codes des contes traditionnels avec leur part de mystère, de magie et de frayeurs, le tout sur fond de mythe antique.

Ce livre n’a eu aucun mal à me happer, car il se dévore à la manière d’une enquête, une enquête psychanalytique servie par une écriture d’une grande maturité. J’ai adoré m’y perdre puis retrouver mon chemin, assembler au fur et à mesure les différentes pistes et souvenirs glanés par l’héroïne.

Selon moi, il s’agissait là d’un projet ambitieux comme il y en a tant, et mené à bien et avec brio comme il y en a peu. À noter que Daisy Johnson est âgée de vingt-neuf ans et est à ce jour la plus jeune autrice à avoir figuré parmi les finalistes du Man Booker Prize pour son premier roman. On dit : « Chapeau bas, l’autrice ! »

 

Alexandra Koszelyk —À crier dans les ruines

 
Tchernobyl, 1986. Dans cette ville que rien ne semble bouleverser, Léna et Ian sont meilleurs amis, s’aiment et passent tout leur temps libre ensemble. Mais un soir, le père de Léna rentre en trombe à la maison, paniqué suite à un incendie qui vient de se déclencher dans la centrale nucléaire. Il faut fuir, immédiatement. Léna quitte alors Ian pour la France, sans lui dire au revoir, en pensant revenir dans quelques semaines, quelques mois tout au plus.


Mais 20 ans après, Léna a grandi. Loin de son pays, de ses racines, de Ian, qu’elle croit mort. Pour affronter son passé, elle décide de retourner en Ukraine, pays qu’elle a longtemps voulu oublier, mais qui se rappelle à elle, inlassablement.

Un premier roman de qualité sur les racines qui se rappellent à nous, même lorsqu’on croit les avoir maîtrisées. Un roman d’amour, oui, mais qui ne tombe jamais dans le mièvre ou la facilité. Un de mes coups de cœur de la rentrée !

 

Catherine Ocelot —La vie d’artiste


La scène bande dessinée québécoise nous offre encore une merveille avec La vie d’artiste de Catherine Ocelot. Dans ces courtes saynètes de son quotidien, l’autrice nous emmène dans ses réflexions et les méandres de son esprit sur sa condition de femme artiste. Pour y réfléchir, elle a rencontré et interrogé d’autres artistes, dans des domaines différents, afin de tenter de répondre à ses questions. 



 

Entre comédie et tragédie, Catherine Ocelot nous offre un recueil plein de sensibilité et de poésie. Si on rigole parfois, c’est d’un rire teinté de mélancolie. La vie d’artiste nous met dans une bulle douce avec ses magnifiques dessins très colorés et des dialogues introspectifs dans lesquels on se retrouvera forcément. Un très beau moment de lecture.
 

Le plus : Catherine Ocelot rendra visite à la librairie Arborescence le vendredi 22 novembre !




Petit rappel : La majorité des coups de cœurs de cette newsletter sont disponibles à la librairie Arborescence à Massy ! Vous pouvez également retrouver deux fois par mois, cette sélection, directement dans votre boîte email, en vous inscrivant ici. Si vous avez envie de contribuer à Books by Women, n'hésitez pas ! Envoyez un mail à booksbywomen@gmail.com avec un petit texte sur le livre choisi.


Daisy Johnson, trad. Laetitia Devaux – Tout ce qui nous submerge –  Stock – 9782234085770 – 21,50 €
Alexandra Koszelyk – À crier dans les ruines – Aux Forges de Vulcain – 9782373050660 – 19 €
Catherine Ocelot – La vie d'artiste –  La ville brûle – 9782360121151 – 20 €



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.