Borgo Vecchio : Palerme, où cohabitent le paradis et l’enfer

Nicolas Gary - 19.09.2019

Livre - Borgo Vecchio - Giosuè Calaciura - rentree litteraire 2019


ROMAN ÉTRANGER – La Sicile, île aux trois caps, dont la Trinacria symbolise, avec sa tête de Gorgone, sagesse, et protection. On ne plaisante pas avec Méduse… Palerme est cette ville brûlante, ancienne capitale des gouverneurs et des émirs, dont les rues expriment encore beauté, violence ou ténèbres. Et certaines, plus que d’autres.
 
 
 

D’un côté, la mer, et le vent, qui porte les odeurs iodées du large, et les mêle à celles de la cité. Face à elle, la ville, ses quartiers — dont Borgo Vecchio, véritable dédale situé en face du port. Ici, d’après les propres mots de l’auteur — journaliste et natif de Palerme — cohabitent le paradis et l’enfer. Dans ce décor, trois enfants et leurs parents, tous des marginaux, dans un univers tout à la fois archaïque, sombre et tendre.
 
Borgo Vecchio s’incarne devient un quartier personnage, parce que la fiction a ce pouvoir de donner vie aux espaces, et plus encore, à ceux qui semblent oubliés de Dieu. Et ces enfants y vadrouillent, bon an mal an…
 
Il y a Mimmo, dont le père est boucher, et escroque ses clients en pensant un peu plus sur la balance. Humiliant son fils, pas vraiment la figure paternelle idéale. Il y a Cristofaro, dont le père est alcoolique : et si les enfants trinquent quand les parents boivent, Cristofaro en prend régulièrement plein la tête. L’homme a la main lourde.
 
Et puis, Céleste — nom qui à la première apparition, devient surréel, contraste terrible avec le métier de sa mère, Carmela. Elle se prostitue, pour survivre. Tous trois vivent au cœur de Borgo Vecchio, au rythme du quartier et de ses soubresauts, avec ses anges gardiens au visage de criminel.
 
C’est le cas de Totò, voleur notoire, qui voudrait épouser Carmela pour sauver la famille. Les miracles arrivent, même dans la cour du même nom, et chaque jour peut devenir porteur d’espoirs et de merveilles, venus de cette brutalité quotidienne. Car au milieu de cette population, trône la Vierge, qui pardonne et réconforte.
 
 
Pour qui a déjà mis les pieds à Parlerme, le roman prend une dimension puissante, où les images défilent au fil des rues : ces palazzi qui se frôlent presque à se toucher, avec une promiscuité dont tout un chacun a fini avec le temps, par s’accommoder. Par son processus même, le quartier évoque la ville, métonymie classique, mais qui prend des allures plus vastes, quand on mesure que Borgo Vecchio englobe en somme toute la réalité de l’île.
 
Une légère cruauté parcourt les rues, accompagne les trois enfants, où Mimmo et Cristofaro, amis éternels, camarades de classe et coutumiers de l’école buissonnière, subissent les contradictions de ces adultes, dont la misère économique, certes, mais morale surtout, est dépeinte sans jugement.
 
La dimension olfactive, plus que visuelle encore, marque : on respire le pain cuit, la viande et le sang, et la pierre ancienne, martelée par le soleil, depuis toujours. Et une langue poétique pour raconter la brutalité : ici personne n’est véritablement innocent, mais tout le monde cherche un morceau d’amour.
 
Palerme, loin des cartes postales, toute de poésie et de violence, abrite ici des personnages incandescents, autant d’Icare qui pourraient se brûler les ailes. S’il existe une chance de se sauver, pourquoi ne pas la saisir — ou plus modestement, croire qu’elle existe ?  
 
  
 
NdA : d’ailleurs, si vous envisagez un passage à Palerme, il est une bibliothèque restaurant improbable, le Kursaal Kalhesa, non loin de Borgo Vecchio, qui mérite qu’on s’y arrête, pour un verre sur la terrasse. Entre autres.

  
Giosuè Calaciura, trad. Lise Chapuis – Noir sur Blanc – 9782882505842 – 16 €
 
Dossier – Une rentrée littéraire de (presque) 524 romans



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Noir Sur Blanc
Genre : littérature...
Total pages : 160
Traducteur :
ISBN : 9782882505842

Borgo vecchio

de Giosuè Calaciura

Mimmo et Cristofaro sont amis à la vie à la mort, camarades de classe et complices d'école buissonnière. Cristofaro qui, chaque soir, pleure la bière de son père. Mimmo qui aime Celeste, captive du balcon quand Carmela, sa mère, s'agenouille sur le lit pour prier la Vierge tandis que les hommes du quartier se plient au-dessus d'elle. Tous rêvent d'avoir pour père Totò le pickpocket, coureur insaisissable et héros du Borgo Vecchio, qui, s'il détrousse sans vergogne les dames du centre-ville, garde son pistolet dans sa chaussette pour résister plus aisément à la tentation de s'en servir. Un pistolet que Mimmo voudrait bien utiliser contre le père de Cristofaro, pour sauver son ami d'une mort certaine.L'intrigue est semblable à celle d'un livret d'opéra : violence et beauté, bien et mal se mêlent pour nous tenir en haleine jusqu'au grand final.

J'achète ce livre grand format à 16.00 €