À onze ans Calpurnia Tate est une petite fille qui en a dans la caboche. Elle passe des heures à observer minutieusement la nature qui entoure la propriété familiale dans le compté de Caldwell, au Texas.
Suivant les conseils de son grand-père, un excentrique passionné de sciences, elle trimballe toujours avec elle un petit carnet dans lequel elle prend des notes avec la rigueur d'une apprentie naturaliste.

Un avenir brillant pourrait être promis à cette unique fille d'une grande fratrie, dans les pas de la physicienne Marie Curie, la mathématicienne Sofia Kovalevskaïa ou encore la paléontologue Mary Anning.

 

Oui, mais. Nous sommes en 1899, le téléphone et le moteur à explosion sont des nouveautés, tout comme le travail des femmes. Dans cette province du sud, encore traumatisée par la guerre de Sécession, la tradition attribue à chacun un rôle prédéfini : si l'abolition de l'esclavage a bien eu lieu, nous sommes encore loin du mouvement des droits civiques.

 

Fille du propriétaire de l'une des plus grosses exploitations de coton de la région, Calpurnia doit se plier à un avenir tracé : « faire son entrée dans le grand monde », maîtriser les travaux d'aiguille, le ménage et les bonnes manières. Alors que la curiosité scientifique la ronge, un étau se resserre autour d'elle qui la contient dans ses obligations.

 

Sous l'influence des travaux de Darwin, à l'aube d'un siècle nouveau, Calpurnia transite vers le monde des adultes. À cette époque charnière durant laquelle la société s'ouvre prudemment vers la modernité, les velléités d'émancipation de la jeune fille sont les signes précurseurs de grandes transformations sociales à venir.

 

On devine les nombreuses recherches que Jacqueline Kelly a effectuées pour nous rendre cette histoire la plus réaliste possible. Le pari est réussi : le livre très immersif. Vivifiante, drôle, émouvante, l'héroïne raconte son quotidien et nous y sommes : à hauteur d'herbe à observer les insectes, à s'émerveiller devant de possibles découvertes, à désespérer des carcans dans lesquels on cherche à l'enfermer et à rire de ses aventures rocambolesques.