medias

Carolyn Steel : Ville affamée, comment l’alimentation façonne nos vies ?

La rédaction - 28.02.2017

Livre - ville affamée alimentation - Carolyn Steel nourriture - influence nourriture vie


Dans cet ouvrage, l’architecte britannique Carolyn Steel analyse le rapport si particulier entre ville et campagne en pointant une contradiction contemporaine. En effet, il existe « un paradoxe urbain, car plus les villes grandissent, plus nous nous éloignons à la fois physiquement et mentalement des sources de notre subsistance ».

 

 

 

Pourtant nous restons encore dépendants de la campagne pour notre alimentation.

 

Partant de cette relation ambivalente entre les deux espaces, elle développe plusieurs thèmes : les moyens d’approvisionnement en nourriture ; notre rapport au monde agricole ; notre habitude via les supermarchés d’avoir un apport constant d’aliments divers et variés au mépris des cycles des saisons et des spécificités géographiques ; notre rapport à la cuisine en tant qu’activité, mais aussi en tant qu’espace domestique évoluant selon les époques, les classes sociales.

 

Elle résout le paradoxe initialement énoncé en proposant le concept de « sitopie » (du grec sitos, nourriture) : comme les utopies antiques qui revoient le lien entre campagne et ville, la sitopie propose un espace où l’alimentation retrouve sa vraie valeur.

 

« Une ville sitopique entretiendrait des liens forts avec son hinterland local grâce à un réseau en treillis avec des marchés actifs, des boutiques de proximité et un sens aigu de l’identité alimentaire (...). Ainsi, comme c’était le cas jadis, la ville serait en partie façonnée par la nourriture ».

 

Et la ville retrouverait aussi en partie une fonction de production avec des unités de production alimentaires dans ses interstices : toits potagers, caves et terrasses seraient en partie occupées à nourrir la ville. Pour que le citadin soit encore en lien avec ce qu’il mange.

 

C’est une analyse illustrée le plus souvent par des exemples issus de la culture britannique, mais que nous pouvons dorénavant calquer sur certains points de la société française même si, comme nous le rappelle l’auteure, notre culture de la nourriture et notre art de vivre « à la française » ont permis un barrage contre certaines dérives.

 

Un ouvrage interrogeant notre façon de consommer et qui nous oblige à avoir une vision plus globale de nos échanges au sein de la société.

 

Bruno Fontaine

Quai des Brumes (Strasbourg)

 

en partenariat avec le réseau Initiales