Cent millions d'années et un jour : rêve, espoir, folie?

Mimiche - 13.09.2019

Livre - Jean Baptiste Andrea - Iconoclaste - rentree litteraire 2019


ROMAN FRANCOPHONE - Stanislas Henri Armengol, dit Stan, est né aux premières années du XXe siècle. Fils d'un père agriculteur et violent qui battait trop souvent sa mère et refusait de le voir plongé dans ses livres où il ne pouvait finir qu'en « lopette », il a quand même réussi à poursuivre des études dont l'issue aurait certainement ravi cette mère morte trop tôt.
 
 
A plus de cinquante ans, alors que sa carrière végète, lui vient aux oreilles une histoire à dormir debout. Une histoire qu'il prend au sérieux car elle a été racontée par un vieil italien à une petite fille qui le croisait souvent dans la cour de l'immeuble où elle habitait et où il était concierge.
 
Adolescent, le vieux Leucio s'était égaré pendant plusieurs jours dans la montagne et avait fini par s'abriter d'un violent orage dans une caverne où il avait été terrorisé par un dragon qui vivait là.
 
Quand on est paléontologue, on n'a pas la même notion du temps que le commun des mortels et la patience et la ténacité sont des qualités fondamentales. Stan, poursuivant cette histoire, s'est mis en quête du dragon de Leucio : un travail d'enquêteur minutieux, comme un policier. Et il a remonté le fil, centimètre par centimètre, année après année, jusqu’à ce jour-là où, dans un petit village du Sud-Est de la France, il attend Umberto, son ancien assistant à l'Université, comme lui paléontologue mais à Turin, qu'il a invité à le rejoindre pour une expédition estivale dans les montagnes, au pied d'un glacier surplombé de trois pics caractéristiques, afin de retrouver la fameuse caverne et le dragon.
 
Afin d'effacer une vie sans aspérité et gagner la notoriété en découvrant un fossile de dinosaure inconnu jusqu’alors. Un rêve. Une folie. Un espoir. Un soleil au bout d'une vie grise et terne. 
 
 
Accrochez-vous ! Vous êtes partis pour un voyage dont vous vous souviendrez : Jean Baptiste Andréa nous a concocté un petit roman sensationnel qui va vous faire passer par tous les sentiments, toutes les sensations et toutes les humeurs : une promesse de lecture palpitante.
 
De la jubilation quand il s'attarde sur des discussions entre scientifiques dont la vie n'est que recherche de confirmations irréfutables, qui ont « le doute comme religion » et ne peuvent pas se satisfaire d’à peu près. Justement, à propos de religion : « Quelle est la pointure de Dieu ? » !!!
 
Jubilation encore quand remontent à la surface d'anciennes histoires de marchés et de filouteries commerçantes lors de la pesée et de l'emballage des fruits : c'est amusant de comprendre que ces pratiques (que j'ai aussi connues de la même manière) sont universelles !!!
   
Délectation face à la sagesse montagnarde et à la prudence humble face à une nature qui peut tout donner (« Je m'attarde, ému. […] Je viens de baisser les yeux pour […] regarder [passer un aigle] »). Et si facilement reprendre qu'il ne faut jamais en sous-estimer la puissance, la force, la violence implacable. « Ici, la pierre est plus dangereuse que les loups ».
 
Enchantement face à de magnifiques élans de poésie totale : « Qui dit que les montagnes n'ont pas de sentiments, elles qui rougissent au lever du soleil ? » !
 
Et puis gravité lorsque les choses sérieuses commencent : une prospection méthodique pour retrouver la caverne. Échec après échec, la fébrilité, l'impatience, et l’imprudence se profilent au fur et à mesure que croît la certitude d'un succès qui ne peut qu'advenir.
 
Et aussi profondeur de la découverte réciproque de ce quatuor perdu dans un désert minéral, confiné dans une proximité ailleurs impensable, pris ensemble dans une frénésie qui fait oublier, à ceux qui ne les connaissent pas les forces de la montagne.
 
Je ne vous en dirai pas plus, risquant de déflorer le feu d'artifice dans lequel Jean Baptiste Andréa nous entraîne, alors que le souffle des pages tournant de plus en plus vite pour découvrir la suite et, de plus en plus vite, arriver au bout, m'a totalement décoiffé !
 
Jusqu'à un final en apothéose qu'il vous faut absolument déguster : c'est encore mieux qu'un polar !
 
 
Jean Baptiste Andréa - Cent millions d'années et un jour - L’Iconoclaste – 9782378800765 – 18 €
 

 
Dossier – Rentrée littéraire 2019 : romans, auteurs et prix
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.