Chârulatâ, Rabindranath Tagore

Clément Solym - 03.07.2009

Livre - Charulata - Rabindranath - Tagore


Revenons sur une vérité première concernant l’Inde. Ce pays n’est pas que celui des éléphants sacrés à huit bras, des Vishnas défoncés à l’encens et les herbes des provinces, les Beatles en pèlerinage et des baignades dans un fleuve boueux. C’est aussi cela. Mais la littérature indienne dans tout cela ? Et en rééditant un livre paru en 1901, la maison Zulma s’attache à nous le démontrer, sur fond de crise familiale.

Et tout particulièrement l’ouvrage d’un romancier, qui peint ici des traits caractéristiques de la vie des familles bourgeoises. Loin des images d’Épinal, d’adoration aux pieds jonchés de plateaux de fruits frais et baignés de fumées odoriférantes, nous voici convié au sein d’une maison qui vit de graves heures et de sérieux troubles sociaux.
 

Chârulata est une femme négligée par son mari affairé à la direction d’un journal politique criblant le comportement anglais. Mais pour son plus grand plaisir, Amal, jeune étudiant invité dans les lieux pour lui tenir compagnie, récite et lit les textes qu’il écrit. Bhutapi, l’époux, se réjouit de ce que sa femme dispose d’un camarade de jeu pour égayer son ennui, et les deux jeunes passent leur temps dans les livres d’Amal. Mais Chârulata se montre un peu trop exclusive.
 

Autant y aller franchement : tout cela est un peu niais. Bien ancré dans une certaine époque et à ce titre, probablement plus proche de ce que Zola aurait - presque - pu écrire. On a presque l’impression de découvrir des figures sculptées, telles qu’on les retrouve au musée Guimay, et de baigner dans un vaudeville oriental.
 

Si, si, un vaudeville… Car très honnêtement, ce drame bourgeois, pour représentatif de la vie indienne dans les familles aisées qu'il soit, prête cependant plus à rire, ou à sourire pour les moins moqueurs.
 

La traduction de France Batthacharya, qui ajoute une présentation complète du livre a opté pour une forme très classique, qui conforte l’impression générale de tradition. En outre, il existerait une inspiration biographique au livre qui donnerait plus de réalisme à cette histoire. Les férus de drames (faut pas exagérer non plus…) familiaux en huis clos et d’orientalisme s’y retrouveront sûrement.


Personnellement, l’ambiance Bollywood…


 

Retrouvez Chârulatâ, de Rabindranath Tagore, en librairie