La couleur du lait : Un cœur simple

Mimiche - 06.10.2015

Livre - Littérature anglaise - Campagne anglaise - paysan


Une ferme dans la campagne anglaise au début des années 1800.

 

Une ferme comme on peut l’imaginer : pauvre et dure.

 

Dure comme le père qui ne peut s’empêcher de regarder les quatre filles que sa femme lui a données comme une calamité alors qu’il aurait eu bien plus besoin des bras et de la force de garçons qui l’auraient mieux et plus aidé, même si les filles, menées à la dure, travaillent vaillamment.

 

Ajoutez à cela un grand père estropié, qui n’est plus d’aucune utilité depuis un accident imbécile – au contraire puisqu’il est ainsi devenu une simple charge supplémentaire –, et le cadre est posé pour que, répondant à la sollicitation qui lui est faite, le père conclue un marché avec le pasteur : Mary, la plus jeune des sœurs, ira au presbytère comme bonne-à-tout-faire contre une rémunération qui permettra au père un peu d’aise.

 

Là, petit à petit, Mary va s’occuper de la femme du pasteur laquelle va lui faire découvrir un monde inconnu, bien loin de la rudesse du père ou de la passivité de la mère. Un monde de connaissances nouvelles et notamment la lecture et l’écriture.

 

Un apprentissage qui va lui permettre d’écrire sa vie, avec ses bonheurs et ses souffrances. D’écrire le livre que vous aurez dans les mains.

 

Ce qui met immédiatement dans l’ambiance, dès les premières lignes, c’est le parti pris adopté par Nell LEYSHON d’une écriture d’une grande simplicité et d’une grande naïveté même si Mary, toute jeune, a eu tout le loisir d’observer le comportement des animaux de la ferme dans toute leur crudité et de comprendre bien des choses.

 

Mais ce n’est pas cette naïveté-là qui transpire. C’est vraiment celle d’une toute jeune fille étonnée de la magie de l’écriture dont elle avait été privée.

 

 

 

Ensuite, c’est l’intérêt tout anthropologique de l’ouvrage avec le récit d’une vérité écrasante de la vie de quatre toutes jeunes filles dans une campagne anglaise qui n’avait certainement pas grand chose à envier à la campagne française d’alors : hiérarchie familiale, autorité brutale du père et docilité atavique de la mère, respect devant l’autorité supérieure religieuse, asservissement au travail et à l’effort, patriarcat déniant toute utilité aux filles qui n’empêche pas complicité enjouée, petites jalousies et grands secrets d’enfants utilisés comme une main d’œuvre gratuite et corvéable à merci.

 

Rien ne m’autorisera à vous en dire plus quant à l’intrigue qui trouvera grâce aux yeux des uns et lassera les autres pour cause de déjà-vu.

 

Sans m’avoir enthousiasmé, j’avoue avoir été intéressé par ces descriptions tellement réalistes d’une ambiance parfaitement rendue par une Mary dont l’écriture est plus vraie que nature.


Pour approfondir

Editeur : Phébus
Genre : littÉrature...
Total pages :
Traducteur : karine lalerche
ISBN : 9782752909824

La couleur du lait

de Nell LEYSHON,

En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu'on l'a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.

J'achète ce livre grand format à 17 €