Le journal de Julie, une Bridget Jones à la française

Félicia-France Doumayrenc - 23.06.2015

Livre - journal moche - Bridget Jones - aventure sexualité


C’est l’été et avec lui sortent tous les romans qu’il sera bon de lire en vacances. Le livre de Thomas Raphaël Pour un soir seulement, Journal (sexuel) d’une ex-petite moche en fait partie. Ce texte met en situation une jeune femme qui s’appelle Julie et apprend le 4 janvier 2014 (elle fait une chute le 31 décembre dans sa salle de bain et s’ouvre le crâne) qu’elle est atteinte d’un anévrisme au cerveau. Elle doit se faire opérer le plus rapidement possible puisque le pronostic vital est engagé. La veille de son intervention, elle modifie l’annonce qu’elle avait écrite sur Meetic et remplace « pour la vie » par « pourun soir seulement ». En moins de deux heures, elle reçoit 154 messages.

 

 

 

 

Éberluée et face à toutes ces rencontres possibles, elle décide, contre l’avis de son neurologue le docteur Luc Elorduizapatarietxe, de repousser son intervention sine die.

 

Graphiste freelance, elle est très complexée par une cicatrice au menton qu’elle a depuis l’enfance et dont elle dit : « La première chose qu’on retient de moi est un défaut. (…), Mon cerveau répète : “il voit ta cicatrice” (…) et m’empêche de parler et de sourire comme la fille sans cicatrice que je voudrais être à ce moment-là. Comment dépasser ce blocage ? Gagner en assurance malgré cette image abîmée de moi ? ».

 

Elle a donc un physique d’« ex-petite moche » qui n’est pas aisé, et elle recherche éperdument le grand amour. Il n’est pas utile d’en dire plus sur l’intrigue ni sur les fêlures de l’héroïne qui se décrit ainsi : « Je me sens tellement… anecdotique. J’ai vécu trente-deux ans : j’ai l’impression qu’on pourrait m’effacer et que ça ne changerait rien. »

 

Il est, tout d’abord, intéressant de constater que l’écriture de Thomas Raphaël est très féminine. Bien évidemment, il n’explore pas toutes les subtilités de la psychologie de la femme, mais on pourrait, ignorant que l’auteur est un homme, penser que ce livre est écrit par une femme.

 

En effet, il parvient à rentrer dans le cerveau féminin comme peu l’ont fait avant lui. Il est Julie, cette jeune femme désespérée par moments, joyeuse à d’autres qui n’a pas une vie ni si simple, ni si ordinaire qu’on pourrait le supposer.

 

Ce livre est rythmé par des phrases très courtes, des mots du langage courant, il y a une sensibilité énorme de la part de l’auteur qui démontre qu’il peut effectivement toucher une large audience, qu’il a déjà rencontrée avec la publication de ses deux précédents romans.

 

C’est une littérature grand public et qui n’est pas dénuée de talent, c’est un texte qu’il faut prendre tel qu’il se présente comme un divertissement pas si léger que ça parce qu’il parle de mort, d’amours malheureuses, de détresse, de solitude, mais aussi de mariage, de grossesse et de bonheurs simples. Qui démontre comment, actuellement, évolue cette société avec les réseaux, les moyens de communication tous plus rapides les uns que les autres.

 

Il ne faut surtout pas en dévoiler la fin (attention, je spoile malgré tout), mais l’on voit à quel point ces nouveaux outils permettent à Julie d’avoir une espèce de happy end avec l’homme de sa vie. C’est un livre qu’il faut prendre pour ce qu’il est. Un journal qui touchera un public tout aussi bien féminin que masculin et qui le divertira.

 

Ce n’est pas un roman que l’on peut qualifier de difficile ni dans sa lecture ni dans son écriture même. C’est un texte à lire pendant des moments de vacances de l’esprit, car c’est un livre qui apporte beaucoup de bonne humeur, beaucoup de distraction. C’est une écriture qui fait penser au Journal de Bridget Jones. Julie est-elle notre Bridget Jones française ?

 

Sans nul doute, puisque Thomas Raphaël use, à peu près, des mêmes artifices. Et, il faut signaler que Pour un soir seulement est déjà, en cours d’adaptation cinématographique, ce qui n’est pas étonnant puisqu’il est divertissant malgré la gravité du sujet, et suffisamment fouillé pour être une très bonne base de scénario. Est-ce le best-seller absolu ? Il en a les ingrédients et la teneur et cette teneur n’est, en soi, pas désagréable. 

 

Et, Thomas Raphaël peut-il, paraphrasant Flaubert, dire « Julie c’est moi » ? Aux lecteurs de donner leur verdict.


Pour approfondir

Editeur : Flammarion
Genre : litterature...
Total pages : 416
Traducteur :
ISBN : 9782081361775

Pour un soir seulement

de Thomas Raphaël

Julie doit se faire opérer, elle risque de ne pas se réveiller. La veille, elle modifie son annonce sur un site de rencontres. Son « pour la vie » devient « pour un soir seulement ». En moins de deux heures, elle reçoit 154 messages. Du jamais vu. Alors elle décide de repousser l’opération. Indéfiniment…Avec humour et fantaisie, le journal de Julie raconte une histoire de désir. Comment répondre à celui des autres quand on n’assume pas le sien?

J'achète ce livre grand format à 15.90 €

J'achète ce livre numérique à 11.99 €