medias

Chronique : Un piano en hiver, de Ayelet Shamir

Clément Solym - 04.06.2010

Livre - trahison - juif - israel


Une corde tendue à se rompre, qui claque. Sa cinglante brûlure sur ma peau, les larmes qui débordent sur un cri muet. Je me croyais suffisamment forte pour parer les coups, le corps tendu par anticipation. Mais je me suis écroulée, impuissante sous le fouet des mots.

Tel un jésuite passé maître dans l’art d’administrer des punitions, Ayelet SHAMIR a joué avec mes nerfs. Cela a commencé de manière anodine. Elle a planté le décor, un piano-bar isolé sur la route de Tel-Aviv à Haïfa, dont elle a présenté les habitués.


Ayelet Shamir

Au comptoir, il ya Jo, le propriétaire. Ancien marin, ses années de service l’ont rendu amer. Mais il n’y a pas que cela, c’est la faute des femmes, aussi. Jo a divorcé deux fois. Gadi, le pianiste, n’a pas eu plus de succès avec ces dames. L’une d’elles est même partie avec l’enfant qu’elle portait. Soir après soir, ils partagent un silence bourru avec le jeune Fadil en cuisine.

Cette nuit-là, il y a une forte tempête et les seuls clients sont des traders de mauvaise humeur, qui se sont égarés après un dîner d’affaires.


Et alors, me direz-vous ? Quoi donc de dramatique en cela ? Transposons le décor en Angleterre et nous boirons une tisane devant une enquête du capitaine Barnaby !


Foin de verveine, ne vous y trompez pas, c’est une authentique tragédie grecque. Les dieux se sont mis en mouvement avant même que ces clients improbables n’aient échoué là.

Parce que Fadil est Arabe et que dans son village, on ne travaille pas pour les Juifs. Alors, cette semaine on a battu Fadil et sa famille le renie. Parce que Fadil tente de retrouver un sentiment de dignité en déclarant aux traders ivres que c’est l’heure de fermer. Parce que c’est facile pour les traders exaspérés de passer leurs nerfs sur un gosse de douze ans. Parce que Jo, le sombre et réservé Jo, et Gadi, le pianiste lunaire, sont lâches.

Le dernier mouvement de cette symphonie éclate avec une puissance wagnérienne, laissant après lui un silence assourdissant.


Retrouvez Un piano en hiver d'Ayelet Shamir, aux meilleurs prix


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.