Cinq leçons sur le crime et l'histoire, Patricia Parry

Clément Solym - 13.02.2009

Livre - cinq - lecons - crime


Retour sur Charcot, quelques semaines après s’être intéressé à Marie Curie et à la célèbre hystérique Blanche Wittman, retour sur les leçons psychologiques du “maître” dans un thriller dans le sud de la France. Mais l’histoire va plus loin, entre fiction et réalité, on suit deux enquêtes : une première commanditée par le Professeur Charcot lui-même en 1880, tandis que la deuxième a lieu de nos jours après une mise en scène des crimes qui rappelle étrangement celle du XIXe siècle. D’un côté donc, les élèves du Professeur Charcot sont mandatés pour résoudre le mystère: l’illustre Sigmund Freud, son ami et collègue Jacob Bloch aidée de la Rachel mayer, jeune femme qui veut réussir et briser le carcan de la médecine misogyne.

Aujourd’hui, Chris Vaugeois, célèbre acteur québécois souffrant d’une maladie du comportement – il est bipolaire – est retrouvé mort lors d’une conférence qui visait à présenter les causes et les effets de cette même maladie. C’est le professeur Berger, mondialement reconnu parmi ses pairs, qui semble ici faire office de “maître” tout comme Charcot en son temps. Face à une mise en scène macabre, des écrits rapportant des faits similaires un siècle et demi plus tôt, des questions se posent : les crimes semblent liés et semblent tourner autour des personnes des professeurs Charcot et Berger.
 

Patricia Parry, médecin psychiatre de formation, traite ici de faits historiques, romances par moment pour donner de la force à son récit. Ses héros d’aujourd’hui qui cherchent des réponses à travers les écris de médecins de l’hystérie et leur résonnance dans la psychanalyse d’aujourd’hui. Trois vieux amis au passé commun et aux conceptions de la discipline différentes vont tenter de résoudre l’énigme. Tout semble lié aux révélations que le Docteur Berger s’apprête à livrer sur le Docteur Charcot et sur Sigmund Freud.
 

L’enquête et les rebondissements se mettent en place progressivement tout en mettant en évidence une histoire de la psychanalyse et une peinture du contexte ambiant dans lesquelles le XIXe siècle a vu la naissance des sciences de la compréhension de l’esprit humain. Un environnement empreint de cynisme, d’intolérance, de fortes disparités et surtout d’antisémitisme.
 

Une histoire passionnante sur la progression de la science: des idées préconçues du départ – la maladie dite des femmes qui consiste en l’hystérie – au règne de la rationalité d’aujourd’hui qui n’arrivent toujours pas à normaliser des actes inexpliqués. Le récit se structure en 5 leçons qui semblent se sublimer autour du mythe du juif errant.
 

Les parallélismes entre le passé et le présent apparaissent comme un jeu pour l’auteur. Les personnages ressemblent à ceux du passé, les explications recherchées ressemblent à celles d’il ya deux siècles. Une question se pose : qui est ou plutôt qui sont les meurtriers ? Quels sont les rapports entre les crimes quelque 120 ans plus tard ? Les différents récits se mêlent facilement et leur complémentarité se crée de toute évidence. Une construction aussi intéressante s’effondre malheureusement au final dans une incursion totalement surprenante en changeant de genre littéraire, brusquement. On s’y attend, arrivé à mi-parcours de la lecture pourtant, mais on se refuse à réaliser que ce sera le cas au final… choix surprenant et combien décevant…


Retrouvez Cinq leçons sur le crime et l'hystérie, sur Place des libraires