Comme au cinéma : le temps filme, à toute vitesse

Clémence Holstein - 14.06.2019

Livre - tranche vue - séquence existance - fuite femmme


ROMAN ETRANGER - Aux antipodes, le tableau de plusieurs époques successives à travers la vie de plusieurs générations d'une même famille. Le temps file et les personnages glissent d'âge en âge, de ruptures en retrouvailles, de partages en solitudes.
 
 
C'est une sorte de fresque que construit Fiona Kidman dans Comme au cinéma. Elle traverse la fin du XXe siècle et le début du XXIe comme dans un traveling en effet cinématographique. La caméra sous nos yeux saisit la vie d'une mère puis de ses enfants, de leurs familles propres et de ces enfants-là à nouveau. Le temps s'enroule sur lui-même en arabesques infinies et le roman s'arrête, mais pourrait ne pas. Le lecteur se projette en refermant le livre et poursuit cette course de génération en génération.

Ici, il n'y a pas réellement de héros. À choisir, il s'agirait davantage d'héroïnes d'ailleurs : les femmes prennent une place importante dans la narration. Belinda oui s'impose comme figure centrale autour de laquelle se tourne le film. Mais encore une fois, ce n'est pas elle dont il est vraiment question. Le temps, la famille et ses relations sont les véritables héros et héroïnes de ce texte. Les personnages restent floutés et même en premier plan, finalement secondaires.
 
Le portrait de la famille que l'autrice brosse est sombre, c'est peu de le dire. La violence y prend grande part. Le besoin de s'en libérer, de s'en échapper. Vivre sa vie semble s'opposer à vivre sa famille. L'authenticité de l'individu ne s'y retrouve pas, pour diverses raisons. Les ruptures s'accumulent. Même si l'affection y est, elle est souvent brisée dans l’œuf. Loin de l'idéologie souvent à l’œuvre dans notre société contemporaine, d'une famille foyer, refuge, protectrice et pleine d'amour, c'est dans une optique plus réaliste que Fiona Kidman aborde le thème. La bienveillance, le lien puissant contre vents et marées n'existent pas ici.
 
Pour parvenir à cela, l'écrivaine maintient de la première à la dernière page une distance, un flottement qui semble retenir l'attachement que l'on pourrait ressentir pour les personnages. Cela paraît même surfait, cet attachement, à la lecture de ce livre, comme superficiel et un peu inconscient.
 
Le lecteur-spectateur doit entendre la vraie mélodie derrière les humains qui s'agitent en marionnettes. La nostalgie soutient ce recul permanent que l'on garde face à la narration. Nostalgie la tête un peu penchée, trop inquiète, trop réfléchie. Inévitable, semble-t-il. La poésie des paysages notamment nourrit cette nostalgie et sans doute alors, le temps-héros se voit adjoindre l'espace et son infinité vertigineuse.
 
Ce qui interpelle dès le premier chapitre, c'est avec une certaine évidence le rythme de la narration. Il ne suit certainement pas un rythme littéraire classiquement retrouvé dans les œuvres françaises d'aujourd'hui. Peut-être le rythme est-il marqué d’ « anglo-saxie ». Cela m'en donne le sentiment. Toujours est-il que l'on n'a pas le temps de s'apitoyer et, je le répète, de s'éprendre des personnages.
 
La narration coule en rapides. Elle bouscule le lecteur, le pousse d'emblée dans ses retranchements. Abrupt, le récit ne concède pas de pause. Rien d'effréné, ne nous y trompons pas. Mais derrière un masque tranquille, des cassures au couperet et la vie qui avance sans concessions. Peut-être cette violence faite au lecteur fait-elle écho à la violence de l'existence en famille, de l'existence dans l'absolu, sous ses airs impassibles, ses airs de rien.
 
Tel un long-métrage en effet, Comme au cinéma, roman qui s'enfuit et claque l'impitoyable temps qui passe. Sous couverture mais sans pitié.
 
 
Fiona Kidman, trad. anglais (Nouvelle-Zélande) Dominique Goy-Blanquet - Comme au cinéma - Éditions Sabine Wespieser - 9782848053271 – 23€


Commentaires
UN HASARD !

Alors que l'on parle tant de Delon ces temps-ci -et la couverture des Inrocks avec grande interview alors que j'écris ceci -voici que paraît un roman qui, par le plus grand des hasards, porte le titre du 45 tours que la star a sorti en 1987: «Comme Au Cinéma»...

Si Delon -un autodidacte dont on connaît trop peu les grands talents d'écriture (quoi que l'on pense de ses idées, ce qui n'est pas le sujet ici) -se décidait enfin, après tant de bios plus ou moins autorisées et pertinentes, à écrire son autobiographie voire ses Mémoires à l'ancienne...cela ferait l'effet d'une bombe dans le milieu de l'édition, et cela à l'échelle internationale !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Sabine Wespieser
Genre :
Total pages : 356
Traducteur :
ISBN : 9782848053271

Comme au cinéma

de Fiona Kidman(Auteur)

Quand Irene Sandles, une jeune bibliothécaire dont le mari aviateur est mort sur le front, quitte Wellington en 1952 avec sa petite fille, Jessie, pour aller travailler dans les champs de tabac, elle espère un nouveau départ. Elle, que les questions matérielles avaient contrainte de retourner chez ses parents à la fin de la guerre, compte bien désormais mener sa vie librement. Mais, alors que l'homme dont elle vient de tomber amoureuse meurt accidentellement, le choix de la raison s'impose.

J'achète ce livre grand format à 23 €