Comment j’ai rencontré les poissons
, le classique tchèque d'Ota Pavel

Auteur invité - 11.07.2017

Livre - littérature tchèque éditeur - maison Bordeaux - roman Bohême tchécoslovaque


Savoureuses chroniques d’enfance d’Ota Pavel (nom tchèque adopté par sa famille après la guerre, remplaçant le nom juif Popper) dans la belle Bohême tchécoslovaque, ce livre produit, comme le dit le grand auteur italien Erri de Luca, cité en quatrième de couverture, « des bulles de joie sous la peau ». 

 


 

Tout n’y est pas rose, les temps s’assombrissent. Le père, juif, et ses deux frères seront déportés au camp de concentration de TerezÍn. Ils en reviendront vivants, mais le régime communiste ne rendra pas leur existence plus enviable. Toutefois, la poésie, l’humour, l’originalité de l’écriture de Pavel adoucissent ces faits tragiques, nous font rire et sourire. 

 

On y découvre surtout son papa, grandiloquent représentant – détenteur du record international de ventes d’aspirateurs pour Electrolux, il ira jusqu’à en vendre dans un village non relié à l’électricité –, mari fidèle, mais fieffé dragueur et surtout pêcheur passionné. 

 

À travers les yeux d’enfant de Pavel, c’est la figure tutélaire du père qu’on voit ici, nébuleux géant, ogre bienfaisant, fragile colosse, entrepreneur à l’ambition bancale (après les aspirateurs, il se lancera dans le commerce de tue-mouches révolutionnaires, mais foireux pour passer ensuite à l’élevage de porcs puis de lapins). 
 

Le fils romancier ne lui tient pas rigueur d’abandonner parfois sa famille pour suivre ses élans hasardeux, tant il représente pour lui la gaieté, le courage et aussi une sorte de bon sens tordu. 
 

On peine à croire que Pavel écrivit ces tendres vignettes lorsqu’il était interné et touché par une grave dépression. Prenons-les pour une exhortation à la vie et à ses bons moments, des méditations sur la survie, sur le devoir salutaire de mémoire.

C’est extrêmement touchant et teinté d’une mélancolie compensée par une jubilation folle et des descriptions de la nature enchanteresse. 


Nous remercions chaleureusement Do, cette jeune maison d’édition bordelaise, de nous faire découvrir pour la première fois en français ce classique de la littérature tchèque. Nous allons nous plonger dans le reste de leur catalogue assurément prometteur. 
 

Adrien Duchesne,
Point Virgule (Namur) 

en partenariat avec le réseau Initiales


Comment j’ai rencontré les poissons — Ota Pavel, trad. Barbora Faure — Do Éditions — 9791095434023 — 20 €